TGIF – Thanks God It’s Friday | 27 Décembre 2013

by • Dec 27, 2013 • T.G.I.F.Comments (0)1971

Pour la majorité d’entre nous, Noël est fini.

Les chèques ont déjà été encaissés, les cadeaux sont mis en bordel dans le salon, sur la table à repasser ou sur le bureau et votre bide ressemble à une baudruche.

Bon et du coup ? Comment c’était ?

Me concernant, j’ai pu vérifier l’immense portée de ce site chez ma famille la plus proche. Dans mon dernier TGIF avant JC, j’expliquais ma vision des cadeaux gags, avec en tête de gondole les bougies, bouteilles de pinard et tire-bouchons. Je vous le donne en mille Emile, j’ai eu les 3 ! Mais quand je dis que j’ai eu les trois, c’est qu’à chaque fois la personne qui me l’a offert m’a dit d’un air désolé: “tu vas jamais me croire, je l’ai acheté, puis j’ai lu ton article dans l’effronté. Enfin du coup je t’ai laissé le ticket de caisse pour allé le changer…”. Que ma belle-soeur se rassure: son tire-bouchon imaginé par la Nasa est absolument magnifique et pour rien au monde je ne regrette ce cadeau !

Toujours dans mon dernier article, à croire que je suis la proie aux idées fixes, je dressais différents portraits de Noël, de la corvée des cadeaux aux joies des retrouvailles familiales dans le cas où la famille se trouvait dispatchée aux quatre coins de la France et de Navarre (donc en Espagne).

Un aspect vraiment très cool et que j’avais oublié est les retrouvailles des copains. Un exemple qui nous touche: nous sommes 3 effrontés, l’un en Pologne (bientôt à Dublin), l’un à Genève, l’autre à Lyon. Nous étions encore tous les 3 entre Rhône et Saône il y’a 2 ans.

Le monde évoluant, la crise aidant et nos études faisant, nos copains d’enfance avec qui nous passions nos vies il y’a encore pas si longtemps sont maintenant bien dispersés. S’il y’a 3 ou 4 ans nous habitions à quelques stations de métro, aujourd’hui mes potes habitent Paris, Dubaï, Marseille, Dublin, Londres, Shanghaï ou Montréal. Tout ce beau monde d’expatriés ne revient que très peu sur Lyon et il est très rare de se faire des belles soirées entre vieux potos.

La magie de noël c’est finalement surtout ça pour moi, le plaisir de se retrouver tous ensemble, de prendre le temps de se revoir et de faire de ces quelques jours une belle parenthèse qui nous permet de revivre des beaux souvenirs. Hier soir, on a recréé l’ambiance dortoir avec 2 potes: on a sorti les lits de camp, coupé les lumières et discuté dans le noir avant de s’endormir comme des gosses. C’est pas grand chose, mais c’est tellement génial. En plus, ça permet de faire un peu le point avant que chacun ne retourne dans ses contrées pour faire sa vie. On se reverra au mois d’Août ou à un mariage !

Cette période de noël étant quasi close, nous sommes désormais en période de pré nouvel an. Comme tous les ans il y’a plusieurs écoles:

– les “nous comme tous les ans, dans mon chalet au ski avec les potes”.
– les “je reste à Lyon, je bosse le 31 et de toutes façons je déteste ça c’est pour les ploucs”
– les “mec je sais pas c’est galère, on devait le faire chez un pote mais sa meuf l’a plaqué donc il veut plus rien faire. Du coup peut être un plan de secours chez un pote mais rien de sûr du tout ! Au pire je t’appelle…”
– les “on va aller squatter chez des potes de potes, paraît que y’aura de la poule”
et enfin les “je me casse à Moscou avec ma meuf, il paraît que le feu d’artifices au dessus du Kremlin c’est absolument FE-E-RIQUE”.

Si je fais désormais parti de la 1ère catégorie, bien que ce ne soit pas dans mon chalet mais celui d’un pote, j’ai longtemps été dans la 3ème.

Il y’a aussi une catégorie de gens que je ne comprends pas mais que je ne juge pas: ceux qui font ça au restaurant ! Je n’ai toujours pas compris le plaisir qu’on pouvait avoir à payer une fortune pour être 25 autour d’une table, à pas s’entendre parler et à ne pas avoir d’intimité pour pouvoir faire les débiles. Et encore je passe sur le moment de payer l’addition qui prend 1H30 entre les mecs bourrés, les abrutis du calcul mental ou les connards qui n’ont bu qu’une seule coupe de champagne et qui ne veulent pas diviser la note.

Cette catégorie se retrouve très généralement dans une boite de nuit. Quelle immense joie ce doit être de faire 2H de queue, de se retrouver avec tous les ploucs du coin faisant LA soirée de l’année. Chemises à boutons carrés, diams dans l’oreille, crètes à la Jordan Ayew et accents racailleux: tout ce qu’on aime ! Je passe en plus sur l’inflation de plus de 30% subie par les établissements de nuit un soir de réveillon, je ne veux tout de même pas trop charger la mule !

Il est à noter que cette description peut être nuancée si l’on parle d’un réveillon à la montagne. Les prix auront effectivement augmenté, vous ferez 2H de queue et il est peu probable que vous réussissiez à rentrer si vous n’avez pas réservé une table à 1000€, mais vous serez logiquement épargnés par la bofitude. De toutes façons, même si vous rentrez, la promiscuité des lieux vous empêchant de pouvoir faire un pas ou même d’aller boire un verre au bar, va vite vous encourager à regagner la sortie.

Bon, on est d’accord que ce n’est pas la soirée la plus palpitante de l’année, pour la bonne raison qu’elle est beaucoup trop préparée. Aussi, si pour certains la soirée du réveillon est la bonne occasion de bringuer de picoler un peu, j’ose penser que pour les lecteurs de l’effronté, la cuite du 31 décembre est au bout du comptoir tous les week-ends. Cette soirée est donc simplement l’occasion de se retrouver entre bons copains, avec généralement un menu sympa et des bonnes bouteilles. Ca n’a l’air de rien mais c’est déjà pas mal !

Quoi que vous fassiez pour cette dernière soirée de 2013, l’équipe de l’effronté vous souhaite un joyeux réveillon et espère que vous puissiez passer ces bons moments avec des gens que vous aimez. Nous nous permettons de vous rappeler de ne pas boire si vous prenez le volant, en sachant que quoi qu’il arrive, peu importe ce que vous ferez, n’oubliez pas que la meilleure soirée sera celle du 30 !

1,583 total views, 1 views today

Related Posts