TGIF – Thank God It’s Friday | En date avec mon ex

by • Apr 17, 2015 • T.G.I.F.Comments (0)3312

Egün hon,

Oui moi quand il fait beau et chaud je me crois en plein été et je parle en Basque. Je sais, le mauvais temps est revenu entre temps mais à l’heure où j’écris ces quelques lignes le soleil brille sur la capitale des gaules.

Si depuis le mois de novembre nos journées de semaine se concluent par un retour express à la maison après le boulot, nous voici désormais soumis aux tentations des terrasses ensoleillées afin de profiter du beau temps et de la sérénité ambiante.

Ces terrasses regorgent de gens qu’on n’avait pas vu depuis l’été dernier, des potes qui sont certainement soumis à des cycles d’hibernations et qui, aux premiers frimas de l’automne, disparaissent dans leurs tanières pour n’en sortir qu’au début du printemps.

C’est manifestement le cas d’une bonne partie de mes ex. Après avoir traversé dans une paix absolue les turbulences hivernales, voilà que je croise mon ancien cheptel dans tous les endroits de la ville.

On avait abordé le sujet dans les très grandes lignes il fut un temps, mais à la réflexion c’est une excellente idée de thèse. Les relations hommes/femmes sont déjà complexes, entre deux êtres s’étant aimés mais maintenant plus ou alors si mais pas les deux, on touche carrément au divin.

Il y’a évidemment plusieurs types d’ex, celle dont on s’est remis mais pas elle, celle qui nous fait tachycarder dès qu’on entend son nom mais qui ne se rappelle même plus du votre, votre grand amour d’il y’a 10 ans qui aura soi-disant toujours une place dans votre coeur, celle que vous n’aimez plus mais qui vous excite encore quand vous vous croisez… bref, il y’en a des tonnes et chaque profil a sa réaction, chaque réaction sa situation et la gestion de cette situation.

On commence par le cas le plus compliqué à gérer, celle qui vous fait encore trembler, celle qui vous fait dire en vous refaisant la gueule devant le miroir avant de sortir “j’espère que je vais pas la croiser. Mais si je la croise je vais quand même peut être changer de chemise…”. 

Pas 2 minutes que vous êtes assis et déjà vous la voyez au loin, souvent de profil, souriante, lunettes de soleil sur le pif, haut blanc, cheveux attachés et Marlboro light au bec. Vous la trouvez belle, vous vous trouvez dégueulasse. Une fois ce putain de frisson passé dans tout votre corps, vous ferez comme si vous ne l’aviez pas vu pour continuer votre conversation avec votre pote qui, de son côté, n’aura absolument rien compris à la situation. Peine perdue, vous la fixerez en vain jusqu’à ce que la bonne idée de la journée vous traverse votre esprit de bête blessée. La bonne idée du jour ? Prendre votre téléphone et écrire une petite bafouille !

“Coucou hibou…” 

Voici ce que toi, abruti de la première heure pourtant pas tombé de la dernière pluie, vas envoyer à ton ex. Souriant bêtement le temps qu’elle passe en revue la moitié de la terrasse, c’est aussi avec un grand sourire qu’elle tombera sur votre tête de ravi de la crèche, oscillant entre l’assurance du mec chez qui tout va bien, cachant un coeur qui joue de la batterie.

Là aussi on en a déjà parlé, une fois que vous aurez attaqué la conversation, on est face à un jeu de piste à 2 cases: le mec pour qui la vie ressemble à un coucher de soleil sur les dunes du Sahara, ou à un lundi matin pluvieux sur les mines de charbon biélorusse. En clair, soit vous allez passer pour un con avec votre faux sourire niais, vos rires forcés, votre positive attitude de façade et votre “écoute ça va super, boulot, potes,euh…potes… enfin tout roule quoi ! Et toi alors ? Je suis content de te voir depuis le temps…”, soit le récit du chemin de croix qu’est votre vie depuis votre rupture va modérément la toucher et surtout vous ranger définitivement dans la catégorie des relous à fuir comme la peste. Il est même possible qu’elle et ses copines se mettent à se mettre les doigts en L sur leurs fronts en disant “losers” en parlant de vous.

A contrario, il y’a la fille mal remise de la rupture et à qui vous gâchez l’existence dès lors qu’elle sait qu’elle se trouve dans un rayon de moins de 300 mètres de votre auguste personne. Vous tenterez tant bien que mal de rester naturel, vous savez que vous êtes observé et concrètement ça vous emmerde. Dans ces cas là on pose toujours cette question à ses potes:

– Les gars je lui dis bonjour ou pas ? Parce que si je lui dis pas bonjour elle va mal le prendre, si je me déplace pour lui claquer la bise elle risque de se dire que me fous de sa gueule…

– Mais non tu t’en tapes, elle t’a pas spécialement dit bonjour non plus si ? Reste peinard !

Même si vous avez toujours le cartésien de la bande qui vous dira:

– Mec à ta place j’irais dire bonjour, peu importe ce qu’elle pense de tout ça, t’auras montré que t’es raisonnable et bien élevé.

Quoi qu’il arrive, ces deux situations sont encore un peu border et des deux côtes le fusil n’est pas encore tout à fait remis dans le fourreau.

Moi, ce que je préfère, c’est croiser une fille avec laquelle j’ai fait les 400 coups dans le temps alors que je l’ai pas vu depuis des lustres. En la voyant au loin boire un verre avec ses copines, toutes bien sages avec leur Darel sur la chaise d’à côté et le petit gilet Comptoir des Cotonniers, on peut pas s’empêcher de dire à ses potes:

– Tu la vois la brune la bas ?

– Laquelle ? Celle qui allume sa clope là bas ?

Celle là même !

– Oui et bah quoi ?

– Et bah je peux te dire qu’il y’a quelques années elle faisait nettement moins la précieuse quand je lui mettais des leuleu dans son ascenseur. 

Que vous le vouliez ou non, l’antériorité que vous avec cette meuf vous excite, même si depuis elle s’est peut être mariée et est à la tête d’une famille de 3 enfants.

– Attends bouge pas je vais lui dire bonjour…

Petit check sur l’appareil photo de votre iPhone pour vérifier qu’un bout d’olive noire ne gâche pas le plus beau sourire que vous comptez faire en arrivant à sa table, main dans les cheveux pour remettre la moumoute à l’endroit, vous voila partis en reconquête de celles qui fut votre meilleure amie entre 4 et 5H du matin des mois durant.

Comment tu vas toi ? Des années que je t’avais pas vu…

– Oh bah oui tiens c’est marrant de te croiser. J’ai suivi un peu ta vie grâce aux multiples conneries que tu racontes sur ton site. Je vois que t’as pas spécialement changé, ça me fait presque plaisir ! 

– Ah oui oui mon site ouais ! Tu sais c’est tout de même très romancé ce que je raconte. T’imagines si tout ce que je mettais était vrai, je serai vraiment un gros con.

– C’est justement pour ça que je m’étais dit que tu ne racontais que la stricte vérité…

– Ne m’oblige pas à te proposer un verre la semaine prochaine pour te prouver que sous ce corps de rêve se trouve un homme avec un coeur qui bat et qui ne demande qu’à s’ouvrir à des anciennes connaissances dont les années glissent sur leurs peaux douces et hâlées.

Ton invitation m’a déjà fatigué du coup ok pour mardi prochain. Tu choisis le lieu je choisis l’horaire.

Semaine d’après, une heure avant de retrouver votre ancienne compagne nocturne, vous voici comme un con devant votre miroir à vous demander si vous avez une gueule suffisamment potable pour une fille qui ne vous voyait que plein cadre, le front en sueur et sentant le lendemain de fin de Bayonne.

Se retrouver en date avec une ex donne un sentiment assez particulier selon la nature de la relation qui fut la votre. Si d’aucun nous diront que ça consiste un peu à ravaler son vomit, je trouve que ça ressemble davantage à retourner dans la fosse aux lions après s’être fait mordre par la bestiole. On y va, on se dit qu’à une époque on gérait l’animal mais qu’à tout moment on peut s’en manger une. En gros: méfiance !

Après les formalités d’usage, c’est à dire après s’être reniflé le cul pendant une demi-heure, viendra le temps de poser ses couilles sur le billot.

On minaude, on fixe droit dans les yeux, on attend qu’un sourire apparaisse sur son visage glacial et on balance:

On a eu des bons moments tous les deux quand même. Tu sais que j’y pense souvent ?

– Arrête un peu, ton couplet est connu et reconnu Buzz. Change de disque steuplait.

– Non mais je suis sérieux, même après toutes ces années je suis troublé de boire un verre avec toi.

– Je te le confirme, moi aussi. A l’époque j’avais tout juste droit à une convocation dans ton plumard tous les samedis à 3H du matin, aujourd’hui Monsieur s’est fait beau et nous commande une planche de saumon fumé et une bouteille de Chablis…

C’est à ce moment là que vous laisserez un petit blanc, que vous la fixerez avec les yeux pétillants, un beau sourire en coin et direz:

– Je t’avais dit que j’avais changé…

– Ok t’as marqué un point Buzz. Enfin je suis franche avec toi, c’est fini l’époque où ça me dérangeait pas d’être ton plan cul. Si tu me veux show me the money. Maintenant je cherche des relations sérieuses.

Comme Milou qui hésite à lacher le sceptre d’Ottokar de sa bouche et mettre fin à une longue et belle dynastie royale en Syldavie juste pour se faire un énorme nonos, vous aurez également un petit ange et un petit diable au dessus des épaules.

L’ange vous dira:

– Buzz, tu veux juste la tirer, tu vas quand même pas lui faire croire que t’es amoureux et lui briser le coeur juste pour ça.

Le diablotin aura un autre discours:

– Rien à carrer, tu lui mets copieux, demain tu lui diras que t’es désolé mais que c’était mieux comme ça. 

On connait déjà la fin de l’histoire…

TGIF !!!!

 

5,197 total views, 2 views today

Related Posts


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/42/d216380193/htdocs/effronte/wp-content/plugins/kebo-twitter-feed/inc/get_tweets.php on line 257