TGIF – THANKS GOD IT’S FRIDAY | 15 Août 2014

by • Aug 15, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)2768

Salut les copains,

toujours en goguette au Cap-Ferret, alternant petit blanc au marché le matin, plage, vélo, grosses soirées au SailFish, amputation du pied (j’y reviendrai), pluie et soleil.

Aujourd’hui 15 Août, les grandes marées, le début de la fin des vacances et cette bonne vieille sagesse populaire qui dit que “à partir du 15 août, la météo peut changer du tout au tout”. Vu l’été dégueulasse qu’on se paye, qu’elle change cette putain de météo ça ne fera de mal à personne.

Sinon pour ceux qui veulent, je crois que Fabienne organise ses 17 ans au Zoute, y’aura toute la Belgique.

Je le disais la semaine dernière, aucune assurance ciel bleu dans le bassin d’Arcachon. Et clairement cette année j’ai pas dû payer ma police. Le danger avec la pluie dans ce bled, c’est qu’on a une fâcheuse tendance à picoler pour s’occuper… et croyez moi on s’occupe ! C’est donc après un enchainement de 6 soirées bien copieuses que j’allume mon ordinateur pour vous conter les merveilleuses aventures de l’effronté en vacances.

Comme nous essayons d’attirer un public féminin sur ce site, je commence donc par la catégorie people de ces vacances. Nous avons donc vu Laurent Delahousse et Alice Taglioni en train de bouffer des huîtres au marché, Gad Elmaleh entrain de promener sa poussette, Cyril Eldin marcher en tongs dégueulasse, Pascal Obispo se baigner avec sa copine qui doit certainement fêter l’obtention de son brevet des collèges, ou encore Jean-Louis Debré boire l’apéro avec Yamina Benguigui et Pierre Benichou, prouvant que le clivage gauche-droite n’existait pas en vacances.

Ensuite, dans la catégorie faits-divers, je m’auto attribue le prix du blessé de la semaine avec une rencontre fortuite entre mon pied, mon genou et un parc à huîtres bêtement placé sur mon lieu de baignade à marée basse. Résultat: un pied en steak tartare, une interdiction de baignade et l’impossibilité de marcher sans donner l’impression d’être rentré en contact avec la population masculine grecque. J’ai immédiatement organisé une sélection pour choisir quelle infirmière viendrait me tripoter les arpions et pourquoi pas autre chose. C’est finalement la mère de mon hôte qui s’est occupée de moi avec brio, amour et bienveillance.

En revanche pour la gamelle de la semaine, félicitions Justine pour sa superbe chute à vélo avec impact entre la route et son front. Heureusement pour elle, son état d’ébriété très avancé lui a empêché de sentir la douleur.

Voici pour les anecdotes festives et divertissantes. Si les ferret-capiens sont des gens charmants, amoureux de leur région et désireux de la faire découvrir aux touristes de passages, certains irréductibles gaulois s’obstinent à perpétuer la tradition du connard. N’ayons pas peur de balancer, j’ai nommé Monsieur Charbonnier, loueur de vélos sur la presqu’île, comme le gros con de la semaine. Cet espèce de gros porc qui n’a pas dû voir sa bite depuis quelques décennies sauf en cas de pose d’un rétroviseur télescopique dans la caleçon ne mérite pas qu’on lui laisse son pognon.

Me rendant d’un pas guilleret dans son échoppe pour me faire changer un pneu bêtement crevé car il l’avait mal gonflé, je me suis fait accueillir par un certain “encore un casse couilles” que j’ai pu lire sur ses lèvres.

– “C’est moi le casse couilles dont vous parliez ?”

– “Non mais je suis dérangé toute la journée par des casses couilles qui me demandent leur chemin, j’en ai ras le bol”

– ” Vous pensez pas que c’est le rôle des commerçants locaux de renseigner les touristes qui sont perdus en venant vous laisser leur argent ? D’autant qu’en tant que loueur de vélos, je suppose que vous vivez à 99% grâce à eux.”

– “Oui enfin je suis pas là pour faire office du tourisme”

– ” Justement, au lieu d’en vouloir au pauvre touriste commencez par vous demander ce qu’ils branlent avec vos impôts locaux, l’office du tourisme est fermé toute la journée. Je comprends pas comment on peut être aussi désagréable avec des gens qui vous nourrissent.”

Ayant fermé sa gueule, j’ai pu repartir avec un pneu neuf et surtout gratuit. Si vous vous rendez au Cap-Ferret, je vous recommande de ne pas louer de vélos chez ce gros con et le laisser crever la gueule ouverte. D’autant qu’avec la masse de graisse qu’il a sur le bide, il peut vivre sur ses réserves pendant un moment.

Je voulais également créer un concours de beauté au SailFish ou sur la plage. Ayant assisté à un concours de Miss Cagoles dès ma première soirée ici ou un certain nombre d’avions de chasse se sont succédés pour notre plaisir rétinien, j’ai cru que je pourrai sortir quelques filles du lot. J’ai malheureusement du renoncer à cause d’un nombre trop important de candidates potentielles.

Je ne sais pas si ça vient de la bouffe, de l’air marin, de l’iode ou du fait que définitivement les belles filles sont dans les endroits où il y’a du pognon, mais de toute ma vie je n’ai jamais vu une concentration aussi dense de bonnes ! Si la fracture de l’oeil droit est malheureusement déjà entrain d’être traitée, on a frôlé à maintes reprises l’accident par propulsion de bouton de pantalon suite à une rencontre avec une indigène.

Bon vous l’avez compris, je suis en vacances et je crois que ça m’emmerde de bosser, bien que ce soit toujours avec plaisir (si, si !) que j’écris ces billets. En fait, j’ai surtout l’impression que personne ne le lira puisque vous êtes tous également le cul dans le sable, une plume je ne sais où et une bukkhate à la main. Si selon le célèbre réseau social en bleu Bali est LA destination à la mode de l’été, moi je crois que toute ma vie je serai amoureux du Ferret.

Pour finir, un petit mot sur Robin Williams disparu cette semaine. Si le succès et les addictions à l’alcool et à la cocaïne l’ont conduit à faire des mauvais choix, jusqu’à se suicider par asphyxie, j’aimerai simplement rendre hommage à cet immense acteur sans qui ça aurait été beaucoup moins cool de grandir.

 

1,533 total views, 2 views today

Related Posts