Les 8 pires salopards de Tarantino. 

by • Jan 13, 2016 • LifestyleComments (0)3047

Sans compter les personnages des 8 Salopards, dernier film en date de ce cher Qwentine, la filmographie du maître Tarantino comptait déjà son lot de bad mother fuckers. Voici les 8 meilleurs, ou pire à vous de voir.

WARNING : Cet article contient des spoilers (du verbe divulgâcher en Canadien). Je préfère vous prévenir avant que vous ne pleurnichiez comme les êtres fragiles que vous êtes. De toute façon ces films sont sortis ils y a plusieurs années et si vous ne les avez pas encore vu c’est une honte. Arrêtez de vous branlez devant Fast and Furious et matez des vrais films de temps à autre.

 

 

Jackie.

Film. Jackie Brown.

Jackie Brown

Pourquoi c’est une salope :

Sous ses airs d’hôtesse de l’air quarantenaire miteuse digne d’un épisode de Confessions Intimes, Jackie est bien la plus finaude des personnages tarantinesques. En effet, la miss manucurée parvient à baiser tout le monde, y compris le spectateur en jouant sur tous les tableaux. Jackie bluff comme une championne quand tous essayent de lui la mettre et ça c’est classe. Quand à l’uniforme de compagnie low cost ma chérie ça va pa dou tout avec ta mourphoulougie !

Sa punition:

Même si Jackie arrive à avoir le beurre et l’argent du beurre, la queue du crémier lui échappe. Son complice lui met un râteau à la fin même s’il en pinçait pour elle. C’est triste. Notre Jackie se tire avec du blé plein les poches mais un pieu toujours aussi vide.

Mr Blonde

Film : Réservoir Dogs.

mr blonde

Pourquoi c’est un salopard :

Je vous attendais Mister Blonde. L’archétype du connard avec une voix de velours. Calme, posé, Blonde torture avec délectation et un bon vieux rasoir à l’ancienne qui fait bander les barbiers hipsters. Le passage durant lequel il coupe l’oreille d’un flic avant de l’asperger d’essence est LA scène culte de Reservoir Dogs. Le drôle pousse le vice jusqu’à écouter de façon fort ironique Stuck in the Middle with You pendant son forfait. Mais pourquoi est-il si méchant ? Parce que. « Juste comme ça, pour la rigolade ».

Sa punition :

Quelques balles dans le buffet. Comme tout le monde dans ce film d’ailleurs.

Gogo.

Film : Kill Bill.

gogo

Pourquoi c’est une salope :

Gogo ? Bingo ! La pouliche adolescente n’hésite pas à planter un type au katana dans un bar parce que, bon, voilà, elle s’emmerdait. Avec ses boulets à pics et sa jupette toute mignonne,Gogo est couillue ET kawaï. Certes, elle semble tout droit sortie d’un jeu vidéo pour adulte avec aperçus sous la jupe des filles. Il faut avouer à sa décharge que la société japonaise et son système scolaire très exigeant ont du pousser à bout cette jeune fille fragile qui a trouvé refuge dans la pègre nippone et la baston sanglante. Un hobby comme un autre.

Sa punition :

Malgré un combat qu’elle gagnait haut la main, Gogo fini avec une planche cloutée dans le crâne. Maigre compensation, les larmes de sang sur son visage juvénile constituent un plan majestueux de la filmographie du maître. Mais bon, faut mourir pour être belle.

Elle Driver.

Films : Kill Bill.

elle driver

Pourquoi c’est une salope :

The Californian Mountain Snake à une sérieuse dent contre l’ex de son boyfriend (c’est pas sympa, nous avons tous un passé). Non contente d’avoir sacrément gâché le mariage de sa rivale, elle envisage de la tuer dans son coma en sifflotant dans un cosplay érotique d’infirmière. Ravisée par son chéri, la cyclope ne lâche pas l’affaire et règle ses problèmes à coups de Black Mamba (original, vous en conviendrez). Une jolie blonde qu’il vaut mieux ne pas faire chier. Elle a d’ailleurs tué le maître d’arts martiaux de l’héroïne, Pai Mei, action la plus badass à son actif. En même temps, il était relou.

Sa punition :

Blondasse contre blondasse, un combat dans une caravane « pas piqué des vers » comme dirait ma mère. Malheureusement, Elle perd son second et dernier oeil, écrasé entre les orteils crasseux de la mariée (vous avez grimacé à l’évocation de cette image, je vous ai vu). Blessée, aveugle, et abandonnée dans le désert, rien ne prouve cependant que Driver soit décédée.

Hans Landa

Film : Inglorious Basterds.

Film Title: Inglourious Basterds

Pourquoi c’est un salopard :

Être un officier nazi pugnace joue grandement dans le fait d’être un salopard figurez-vous. Mais ce qui rend ce personnage vraiment malsain est le fait qu’il soit tout bonnement génial. Polyglotte, badin et bien élevé, le genre gentleman avec qui on aimerait trinquer et papoter tranquillement de son point de vue sur la figure du héros dans la tragédie shakespearienne… avant qu’il ne vous envoi dans un camp de concentration. Un salopard, un vrai, la crème de la crème qu’on attendait.

Sa punition :

Une croix gammée gravée sur le front. Tarantino a été franchement gentil sur ce coup là.

Hitler.

Film : Inglorious Basterds.

Inglourious_Basterds

Pourquoi c’est un salopard :

Difficile de faire plus salopard que le plus grand salopard de tous les temps. Tarantino ne pouvait pas laisser cet enfoiré manquer à l’appel de son bestiaire malsain.

Sa punition :

Dans « la vraie vie » le Führer se suicide suite à la débâcle de son règne de psychopathe. Chez Quentin, ce fils de sa mère se fait mitrailler en règle dans une scène cathartique qui fait plaisir.

Calvin J. Candie.

Film : Django Unchained

calvin-candie

Pourquoi c’est un salopard :

Propriétaire d’esclaves, organisateur de combats à mort, mac, adepte de phrénologie et tortionnaire, tout le monde s’accorde à dire que le personnage joué par notre Leo préféré est un odieux connard. Pseudo-cultivé comme tous les fils à papa pleins de fric, le type à une légère tendance à s’énerver et à étaler ses fluides corporels sur le visage des demoiselles. Note : Au pays de Candie il n’y a visiblement pas de dentistes aux vues des ratiches de l’intéressé.

Sa punition :

À trop insister pour serrez la pogne du Docteur Schulz, Calvin se prend la balle qu’il méritait depuis longtemps. S’en suit la destruction complète de sa baraque bling-bling. Du home-staging de l’extrême pour un Candycrush en règle.

Tarantino Himself.

quentin tarantino

Pourquoi c’est un salopard :

Son obsession pour les petits petons de ces dames, le film Boulevard de la Mort, sa tendance à faire référence à sa propre filmographie… Quentin a un peu la grosse tête et il assume. Selon lui il faudrait rebaptiser les Oscars les « Quentin » après sa mort. Rien que ça. Tarantino finira-t-il par nous exaspérer ? Comme on dit « Tarantino fait du Tarantino ». Sa masturbation sur sa propre culture cinématographique, (gargantuesque s’il en est. J’aime bien ce mot « gargantuesque » on a pas souvent l’occasion de l’employer dans une conversation) lui jouera peut-être des tours le jour où les dialogues à la con et la gueule de Samuel L. Jackson nous auront saoulés. I dare you, I double dare you mother fucker.

Sa punition :

Aucune. On regarde toujours autant ses films. Gros succès au box office et répliques cultes. Quentin s’offre même le luxe de tourner en 70mm. Tarantino se fait kiffer et nous avec. Bordel.

3,051 total views, 6 views today

Related Posts