ce que veulent les femmes Ce que les femmes pensent au lit...

Ce que les femmes pensent au lit…

by • Dec 09, 2015 • LifestyleComments (0)2946

 « Cesse de me lécher l’oreille putain ! »

Que de pensées nous taisons, nous les femmes, pour ne pas vous vexer dans votre ego de mâle, étouffer dans l’oeuf cet élan de virilité inhérent à une partie de jambes en l’air. Vous qui vous plaignez toujours qu’on ne la ferme jamais, je vous assure qu’au pieu les femmes savent se taire… et c’est vraiment par gentillesse. Florilège de ce que pensent les femmes quand vous les baisez avec plus ou moins de réussite.

Une étude scientifique réalisée par moi-même prouve qu’une femme pense la phrase « Moins vite » 25,6 fois par rapport sexuel de 10 minutes en moyenne. Messieurs surtout par pitié, cessez d’être aussi pressés. Rapides vous l’êtes en tout. À peine la chose engagée que déjà vous arrachez sauvagement les vêtements de la demoiselle dans une rage que vous croyez passionnée mais qui prouve seulement que vous êtes en chien. Mec si tu craques une seule couture de ma robe en soie sauvage je t’arrache immédiatement les yeux ! Et que dire de ce string en dentelle à 80 balles que nous avons mis tant de temps à choisir pour que vous ne daignez pas regarder, obsédés que vous êtes de savoir comment nous sommes épilées ? (pluch que vous dans la plupart des cas et d’ailleurs ch’est dégueulache… excusez-moi j’avais un poil sur la langue).

A l’inverse, certains mâles, se croyant certainement gentlemen, effleurent la donzelle du bout des doigts, par peur, sûrement de la briser sous leur force sur-humaine d’abonné régulier à la salle de sport. Je ne suis pas en sucre mon mignon ! Hésite pas à me tirer les cheveux si le coeur t’en dit au lieu de me souffler dans le cou !

Bon OK, là je fais la maligne mais les filles pensent aussi des choses pas bien glorieuses. Car oui, notre esprit est ailleurs pendant la bagatelle. Dans l’ordre des priorités :

  1. Pourvu qu’il ne voit pas mes vergetures.
  2. Pourvu qu’il ne voit pas mes bourrelets.
  3. Il garde ses chaussettes là ? Il est sérieux ?

Glamour.

Autres pensées odieuses à confesser, celles, vous vous en douter qui accompagnent la défection de votre caleçon/ boxer (je tairais volontairement le cas « slip » ).

Option une : la nature, sympathique, vous a doté d’un penis dans la moyenne (allez, le haut de la moyenne si ça vous fait plaisir), qui penche un peu vers la droite, certes, mais pas de quoi en faire un drame. Dans ce cas pas besoin de s’inquiéter, la belle ne devrait pas sourciller.

Option numéro 2, vous êtes effectivement monté comme un étalon. Soit vous êtes par chance avec une minette qui collectionne les gods vibrants/tournants de 35 cm, soit vous tombez sur une fille un peu moins aventurière qui pensera (au choix) : WTF ! OMG! ou Diantre ! avant de se demander si il y a déjà eu des cas avérés de décès pendant une gorge profonde. Pas le goût de mourir empalée !

Option numéro 3… la tant redoutée… vous avez une petite bite (autant appelé un chat un chat). Moment gênant durant lequel la meuf se félicite que la pénombre masque la moue boudeuse qu’elle n’a pas pu réprimer. Et le « ce n’est pas la taille qui compte » est une légende urbaine que les filles ont inventé dans un complot mondial pour éviter de frustrer une bonne partie de l’humanité : notez comme nous sommes sympa !

les femmes au lit

Après divers tripotages et léchouillages en tous genres, (quand cesserez vous aussi de mâchouiller nos tétons comme de vulgaires malabars? Vous n’aimez pas qu’on laisse traîner nos dents pas vrai ? C’est réciproque figurez-vous !) le passage au moment fatidique. Mais d’où vous vient cette idée que vous contenter de nous secouer comme des pruniers pouvaient nous procurer une quelconque forme de plaisir ? Perso ça me rappelle horriblement la machine vibrante anti-cellulite que j’ai essayé une fois chez mon esthéticienne, avec un résultat comparable d’ailleurs…Messieurs quand vous êtes à fond, avec un jeu de hanches que vous pensez digne de James Brown sous cocaïne, madame espère seulement qu’avec quelques gémissements habilement simulés elle pourra mettre fin rapidement à cette mauvaise parodie d’un concert d’Elvis the Pelvis, vu que de toute évidence, elle ne jouira pas ce soir, ou du moins pas grâce à vous. Parfait, vos ébats durent pile le temps nécessaire à la constitution mentale de la to-do list du week-end.

D’autre part, inutiles de nous proposer des lieux insolites craignos pour réaliser vos fantasmes issus tout droit du porno avec l’argument navrant suivant « allez viens ça va être marrant » ! Je cherche encore la part de comique au fait de baiser debout dans les toilettes d’une boîte de nuit au sol constellé de taches de vomi et dont la cuvette à certainement la syphilis. Même après une bouteille de champagne, la réponse est non. Idem, je n’ai absolument aucune envie de m’envoyer en l’air dans ta chambre d’ado le jour des 4 ans de ta nièce. Je sais pas c’est les posters de Nirvana… ça me coupe l’envie.

Pour finir (si l’on peut dire) le fameux, l’odieux, le condescendant « C’est pas grave tu sais ». Vous voyez de quoi je parle ou vous je dois être plus explicite ? Derrière ce solennel « C’est pas grave », la demoiselle qui a partagé votre couche jusqu’à ce petit coup de mou refoule un tsunami de pensées ingrates qui vont de la remise en cause de votre capacité virile à la remise en cause de ses capacités à vous faire bander, en se demandant, un peu, quand même, si vous n’auriez pas aperçu ses bourrelets.

2,951 total views, 2 views today

Related Posts