TGIF – THANK GOD IT’S FRIDAY | Colère générale

by • Jun 10, 2016 • T.G.I.F.Comments (0)1694

Salut les coquins,

Alors que la semaine fut quasiment estivale et que l’Euro 2016 de foot commence ce soir par un alléchant France/Roumanie, l’effronté que je suis devrait logiquement être le ravi de la crèche.

Amateur de grands ciels bleus et passionné par le ballon rond, ce tandem beau temps/football pendant un mois aurait du me conduire à me balader dans les rues avec une plume dans le cul tout en sifflant “I will survive” de Gloria Gaynor, histoire de signifier mon immense bonheur à la plèbe.

Hélas il n’en est rien. La faute à une succession de petits trucs qui gonflent et qui me rendent d’humeur massacrante. Le genre d’humeur où on peut croiser n’importe qui dans la rue qu’on l’enverrait chier sans ménagement, du genre “je suis désolé mais j’ai vraiment pas du tout le temps de te parler là”. 

Clairement c’est ce que je viens de dire au petit frère d’un pote qui s’avançait vers moi la gueule enfarinée, prêt à me sauter dessus pour me claquer la bise comme si on était camarades de régiment.

Alors ceux qui lisent ce torchon régulièrement vont dire que je radote et que je suis la proie aux idées fixes, mais une nouvelle fois ma mauvaise humeur est due à la connerie humaine dont les têtes de gondole sont l’administration, à plus ou moins haut niveau, et évidemment aux grévistes qui nous foutent un merdier monstre en ce moment.

Dans ce bas monde, pour ne pas dire dans ce pays, la moindre petite merde administrative se transforme en parcours du combattant dans lequel on a vite l’impression d’être l’engagé Baleine dans l’excellent Full Metal Jacket de Kubrick.

Mais commençons par le commencement avec une cible de choix: Philippe Martinez, notre ami secrétaire général de la CGT élu en février dernier à la tête du principal syndicat de France avec le score Nord-Coréen de 93%.

Comme en Corée du Nord d’ailleurs, Philippe Martinez n’est donc pas président mais secrétaire général. Oui parce que chez les gauchistes on ne dit pas président mais secrétaire général. Ça veut dire la même chose mais ça donne un côté ouvrier, comme si le mec se posait au milieu de ses petits camarades et prenait en note leurs revendications pour aller les exposer sous les ors de la République.

Donc bref, ce mec là, du haut de son mètre 65 et de ses moustaches rappelant la mode masculine est-allemande du début des années 80, et bah il faut reconnaitre qu’il réussit à nous râper les noyaux bien comme il faut.

A partir de ce soir, mesdames et messieurs, la France accueille l’Europe. Même si quelques pétasses des beaux quartiers ou des bobos écolos mal épilées s’évertuent à s’agacer contre cet évènement, je les cites, ces putes, “pour beaufs qui puent la pisse et qui boivent de la bière”, il n’en demeure pas moins que pour notre beau et fier pays, c’est une occasion de faire rentrer un peu de cash dans les caisses.

Non parce que même si le supporter de base peut effectivement s’avérer être un petit peu brut de décoffrage, il ne faut pas oublier qu’il va venir chez nous pour voir des matchs, boire des bières, manger, dormir, prendre le train, l’avion, le bus, le métro… Bref, donner son blé à des petits commerçants et/ou à nos grandes entreprises, tout en faisant rentrer de la TVA dans les caisses de l’Etat.

Alors certes, la France n’a pas besoin de ça. Depuis la Saint Glinglin, cocorico, nous sommes en effet la première puissance touristique mondiale, et ce malgré notre amabilité légendaire, nos compétences en Anglais hallucinantes et nos aéroports extrêmement à la pointe dans lesquels il est plus facile de trouver du pétrole qu’une connexion wifi.

Néanmoins, ce leadership, le dernier que nous ayons d’ailleurs, est en train de s’effriter, la faute aux attaques terroristes de l’année dernière, à une certaine insécurité dans les rues et les transports en commun à Paris, mais aussi au climat social rendant incertain tout séjour dans l’hexagone. Et puis comme il était dit qu’on n’aurait pas de chatte en ce moment, on a eu la pluie tout le mois de Mai, à tel point que l’arc de Triomphe s’est transformé en ile déserte au milieu de la Seine. C’est à croire qu’un mec s’est lancé dans une partie de Jumanji…

Mais notre copain Martinez ne l’entend pas de cette oreille. La France va pouvoir se refaire un peu la cerise et gagner 3 ronds ? Rien à branler ! Lui, son truc, c’est plutôt le cassage de couilles industrialisé consistant à rendre dingue le maximum de personnes, avec un maximum de conséquences et en un minimum de temps.

A tout seigneur tout honneur, Philippe Martinez est un véritable Mozart dans sa discipline.

Plus personne ne comprend les enjeux et les motifs de ces grèves, mais lui, si. Et ça déjà, c’est fort !

Il y’a quelques semaines, nous déplorions en ces lignes la pénurie de carburant qui agitait la France et qui menaçait la santé financière de pas mal d’entreprises. Leur pénurie n’en fut pas véritablement une et, ironie du sort, ce syndicat aux idées plus que proches de celles du parti communiste a réussi par son action à faire le jeu des grands groupes pétroliers qui n’en demandaient pas tant, la demande ayant été bien supérieure à l’offre, entrainant mathématiquement l’augmentation des tarifs !

Ceci dit, on ne peut tout de même pas demander à un communiste de comprendre le principe fondamental de l’économie de marché…

Et puis bon, après on est rentré dans du plus classique, avec la SNCF qui s’est foutue en grève sans trop savoir pourquoi, si ce n’est profiter des beaux jours pour se pinter à la 33 export au soleil tout en faisant griller 2 ou 3 chipos sur les rails de chemin de fer.

Constatant qu’en fait les gens se désintéressaient de sa grève et qu’ils avaient surtout envie que tout le monde se remette au boulot histoire qu’on passe pas une nouvelle fois pour les plus cons de la planète pendant l’Euro avec notre pays de branlots, le père Martinez s’est illustré avec une brillante idée: arrêter le ramassage des ordures.

C’est ainsi que les touristes Européens, venus pour l’Euro ou pas, vont arpenter les rues de Paris célèbres dans le monde entier pour leur architecture inimitable, leur charme et leur romantisme, avec des feuilles de menthe sous le pif pour éviter de gerber. Paris ville lumière, Paris ville poubelle…

Alors moi, jeune petit trou du cul de petit patron qui me farcit 55H par semaine sans aucune aide extérieure, qui pose mes petites joyeuses sur le billot tous les débuts de mois en espérant que les recettes combleront les charges, et bah je les emmerde ces peignes zizis qui ont déjà une moule aussi large que celle d’un tapin ménoposé d’avoir réussi à trouver du boulot.

Ceci dit, une fois l’agacement retombé, peut-on vraiment en vouloir aux hommes de n’être finalement que le reflet de leurs dirigeants ? Pas une semaine sans qu’un élu nous sorte une nouvelle connerie dans les médias ou prenne une décision qui va paralyser la vie de ses concitoyens pendant des lustres.

Dans notre bonne capitale des Gaules, le conseil municipal a décidé d’emmerder le monde en envoyant des hordes de marteaux piqueurs, pelleteuses et bulldozers dans toutes les avenues déjà bien assez engorgées, histoire de rendre complètement cinglé l’honnête automobiliste.

La raison de ces kilomètres de bouchon, de ces décibels de klaxons et de ces commerces à l’agonie dont les vitrines prennent la poussière derrière des barrières de travaux ? Des constructions de voies de bus.

Il est évident que la ville de demain devra être plus propre, moins polluante, qu’il faudra pisser sur les arbres pour qu’ils poussent et mettre en application tous ces concepts en vogue depuis que l’homme a découvert qu’il sciait la branche sur laquelle il était assis. Mais putain, des voies de bus il y’en avait déjà non ?! Et personne ne se plaignait…

La vérité est que tous ces emmerdements du quotidien provoqués par des travaux aussi coûteux pour le contribuable qu’inutiles pour l’usager sont le fruit de dessous de table entre un candidat à un poste et une entreprise de bâtiments et travaux publics.

Vous ne vous êtes jamais demandés pourquoi la France était la championne du monde incontestée du nombre de ronds points dans ses villes et sur ses petites routes ? Parce que ces constructions sont une mine d’or pour les entreprises de BTP. Ces entreprises veulent bien financer les campagnes électorales, mais, derrière, le nouvel élu a plutôt intérêt à faire profiter ses anciens sponsors de son pouvoir sur la politique urbaine…

Et puis il y’a enfin nos amis de la Poste. Rendons leur hommage, ils sont globalement assez rarement en grève et, en ces temps très compliqués, ils ont fait profil bas tout en continuant à faire leur boulot tous les matins sans broncher. Bon, me concernant, comme je reçois davantage de factures que de chèques ou de cartes postales, ça ne me dérangerait pas qu’ils oublient de passer devant ma boite aux lettres pendant quelques temps mais admettons.

Toutefois, on peut légitimement s’agacer d’un comportement qui personnellement me donne envie de mettre des coups de Fer 7 dans leurs dents. Ce comportement est évidemment le bien connu avis de passage dans votre boite pour cause d’absence, alors que vous aviez pris votre matinée pour l’attendre, cet enculé de facteur avec son petit vélo jaune et sa petite casquette bleue !!!

Nous sommes dans un pays où tout est une histoire de monopole ou, au mieux, de corporations bien étanches: les transports, la santé, la banque, le courrier…

Faisant mine de réclamer une société plus juste pour tout le monde, ces mecs comme Philippe Martinez ne font que renforcer le creuset qui existe entre ces corporations jouissant d’avantages écoeurants grâce à leur position de monopole, et les autres, les cons qui pensent que bosser normalement et sérieusement leur permettra de se payer des vacances, une belle télé et une voiture sympa.

Mais si ce n’était que ça… Ces grèves aussi débiles qu’inutiles sont orchestrées par des gourous expliquant à des gens influençables ce qu’il faut faire, sans la moindre dose de responsabilité sur les conséquences de leurs actes.

Si notre seul risque était de choper la gerbe en marchant devant des rues pleines d’ordures, on pourrait encore en rire. Mais ces grèves sont surtout en train de mettre des énormes coups de pied au cul à notre économie déjà fragile.

Alors que notre pays jouit de ressources inouïes et que nous devrions tous nous tirer vers le haut pour s’en sortir, quelques petits connards qui ne représentent personne viennent foutre leur merde et nous empêchent d’avancer. Sachons tout de même que 63% des Français ont une mauvaise image de la CGT mais que 100% la subissent.

Et ils disent représenter le peuple… je rêve d’un jour où les opposants à ces emmerdeurs organiseront une contre grève qui s’appellera “colère générale” !

Personnellement je les emmerde, et allez les bleus !

TGIF

3,254 total views, 2 views today

Related Posts


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/42/d216380193/htdocs/effronte/wp-content/plugins/kebo-twitter-feed/inc/get_tweets.php on line 257