TGIF – THANK GOD IT’S FRIDAY | Poisson d’avril

by • Apr 01, 2016 • T.G.I.F.Comments (0)2179

Salut les coquins,

Nous voici déjà vendredi et un constat s’impose, comme tous les ans après le lundi de pâques: Qu’est ce que ça passe vite les semaines quand elles commencent le mardi matin !

Elémentaire mon cher Watson, et pourtant impossible de discuter peinard avec un pote sans qu’il en arrive à cette conclusion aussi inattendue qu’exceptionnelle.

Et puis alors cette année on a été gâté !

Samedi soir, déjà, on a eu droit à LA question bi-annuelle ultra méga importante qui change le cours d’une soirée.

– Putain mais ce soir c’est le passage aux heures d’été non ?

– Ouais ! On va pouvoir recommencer les apéros au soleil après le boulot !!!

– Grave. Attends mais du coup cette nuit à 2H il sera 3H ou 2H ? Ou même 1H ?

–  Je m’en bat les couilles, à 3H je suis soit saoul soit couché de toutes façons. Si ça t’intéresse tu regarderas ton iPhone, c’est automatique. 

Alors je dois bien reconnaître que je suis toujours aussi peu serein quand on me pose cette question, même si j’ai quand même retenu qu’on se faisait baiser d’une heure de sommeil quand on passe aux heures d’été. J’en conclue donc que samedi dernier, à 2H il était 3H. Non ?

Enfin bref, 1H de plus ou 1H de moins, pour certain on a l’impression qu’un mouvement d’aiguille sur une horloge équivaut à franchir le Cap Horn à la nage.

– Oula, je sais pas si c’est le changement d’heures ou quoi mais je suis éclaté cette semaine dis donc !

– Bah mon poulet, ne pars jamais en Australie. Ou alors 3 mois, le temps de te remettre… 

Je ne sais pas si les heures d’été et les heures d’hiver ont un réel impact sur la réduction de la consommation d’énergie, objectif initial de la manoeuvre, mais en tous les cas ça n’influe en rien sur la réduction de la connerie.

A peine le temps de digérer cet obstacle majeur pour l’organisme que, patatra, il fallait admettre que même si le lundi férié ressemblait étrangement à un dimanche, rapport au fait qu’on aille déjeuner chez maman, qu’on se fasse chier format poster et qu’il faille traverser la ville pour trouver un paquet de clopes, et bah c’était quand même lundi !

Je vous laisse imaginer les engueulades familiales stériles:

– Chérie on regarde Top Chef ce soir ?

– Bah évidemment que non, on est dimanche !

– Mais non on n’est pas dimanche, c’est lundi de Pâques aujourd’hui ! 

– Ah merde oui c’est vrai ! Et dis donc pourquoi c’est pas Delahousse qui présente le JT ce soir ?! Il est quand même plus beau que Pujadas !

– Parce que Delahousse ne présente que le week-end et que là on est lundi espèce de truie violette !! 

Cela dit, avant de se foutre de la gueule des autres commençons par balayer devant notre porte: j’ai moi-même mis 15 secondes à comprendre pourquoi, lundi soir, je n’avais pas le Canal Football Club en allumant la télé à 19H, et j’ai bien faillit oublier de gratter ces quelques lignes en pensant qu’on était un jour de moins…

Bref, nous voici donc aux heures d’été, et vendredi ! Pas n’importe quel vendredi d’ailleurs, puisque nous sommes le 1er jour du mois d’avril.

Nous passerons sur la sagesse populaire qui nous enseigne que, même si nous sommes désormais officiellement au Printemps, nous ne devons pas nous découvrir d’un fil, alors qu’en mai… voilà, voilà. Non, nous nous concentrerons sur la putain de saloperie qu’est ce 1er avril !!!

A la base, j’avais soumis aux camarades effrontés l’idée selon laquelle, pour faire un poisson d’avril, nous pourrions vous écrire un long texte de remerciements, alliant émotion et convivialité, expliquant qu’après presque 2 ans et demi de bons et loyaux services, ce site quitterait la toile définitivement pour rejoindre l’immense cimetière des webzine pourraves.

Enthousiasme général dans ce semblant de conseil de rédaction qu’est notre thread Facebook, mais j’ai finalement préféré opter pour plus de simplicité. En fait, je trouvais extrêmement prétentieux de penser que notre disparition puisse vous affecter et créer un mouvement de panique chez les collaborateurs de moins de 40 ans dans les entreprises françaises, et même mondiales !

Et puis faut dire que les médias, surtout en ligne, nous font déjà assez de blagues en ce jour maudit. Une fois je m’étais fait baiser, lorsque le site web de l’Equipe annonçait un retour de Benzema à l’OL. Putain j’étais heureux, le retour de l’enfant prodige qui, à l’époque, n’avait pas encore totalement convaincu au Real Madrid, alors qu’on avait encore l’espoir de faire marquer des buts à Gourcuff.

Dans un élan d’enthousiasme j’envoyais le lien à des potes, histoire de partager ma joie. Qu’est ce que j’ai pu passer pour un con…

– Mais non ducon, c’est un Poisson d’Avril ?

– Ah non ? Vous croyez ??

– Bah évidemment, tu crois quoi ? Et t’as pas vu ? Cristiano Ronaldo a signé au RC Lens !

Cela dit, on pourra jamais autant passer pour un con que lorsqu’en 3ème ou en Seconde, un pote de classe s’était pointé en cours avec une mine de ravi de la crèche, tout heureux de dire au prof:

– Vous avez vu Monsieur ? Ils vont construire un tunnel sous l’Atlantique et on va pouvoir faire Paris/New York en TGV !!!

– Ah bon ? Et t’as vu ça où ?

– Ce matin, c’était une pub de la SNCF !!!

– Bon passons à autre chose, quant à toi au tableau tiens… tu m’as gonflé !

Cette chronique, que certains appellent “ta merde du vendredi” ne tient pas lieu de journal intime ou de séance de psychanalyse écrite, mais je crois que je garde un réel traumatisme des poissons d’avril de mon enfance.

Il faut dire que la cour de récréation est encore plus cruelle que le cirque Maximus de Rome et qu’on a vite fait de condamner à la honte et aux moqueries le couillon qui s’était pris le plus de poissons d’avril sur le dos de son pull Z, Poivre Blanc, DPAM, ou Creeks et DDP pour les gosses de riches.

Evidemment, moi qui n’ai jamais rien su faire de mes 10 doigts et chez qui la notion de furtif est assez abstraite, il m’était bien difficile de me pointer tel un guerrier sioux derrière ma proie, et de lui coller une saloperie de poissecaille dans le dos en faisant mine de lui demander comment ça allait. Non, moi j’étais repéré à 12 bornes, d’autant que je me coltinais tout le banc de poissons sur mon manteau.

Alors après, quand on arrive au collège et au lycée, on pense que ces conneries puériles, bien que pas si méchantes, sont définitivement terminées. Evidemment, si on passe pour un con avec un poisson dans le dos à 7 ans, imaginez le bordel à 14 et demi. On a déjà des bagues sur les dents et des boutons plein la gueule, point trop n’en faut.

Non, l’inoffensif poisson en papier est donc bel et bien terminé. On pouvait donc se dire théoriquement que cette journée jadis funeste allait se passer comme sur des roulettes, sans crainte de coups de Trafalgar sortis de nul part, tartes à la crème ou emmerdements divers et variés.

C’était sans compter sur mon père, facétieux, qui, alors que j’étais en seconde, m’avait dit un soir de 1er avril à l’heure du souper:

– Dis Adrien, j’ai pris la liberté de téléphoner à ton prof principal à l’approche de la fin de l’année scolaire, histoire de savoir si t’allais passer en 1ère ou non…

– Ah bon ?? Mais c’est quoi cette connerie ???

– Ouais bah je te conseille de la mettre en sourdine parce qu’il est pas confiant du tout. Il paraît que tu fous plus rien et que ton passage est pour l’instant très très incertain…

– Mais non tu déconnes ? Moi il m’a dit l’autre jour que ça allait…

– Ah bah je sais pas, mais à moi il a pas du tout tenu le même discours…

Le lendemain, véreux de chez véreux, je me pointais en cours d’histoire et interpellais donc le prof principal devant tout le monde avec ma voix de puceau:

– Monsieur ? Pourquoi vous avez dit à mon père que j’allais pas passer en 1ère ??

– Pardon Adrien ?

– Oui ! Hier mon père m’a dit qu’il vous avait appelé et que vous lui aviez expliqué que j’allais pas passer en 1ère parce que je foutais rien…

Sourire en coin, cet enfoiré de prof a balancé devant toute la classe hilare:

– Comme on doit bien s’amuser le soir chez le petit Adrien. A 15 ans on lui fait encore des poissons d’avril et il y croit toujours… C’est mignon !

Cette humiliation suprême m’a convaincu que Halloween, Mardi Gras, le 1er avril et toutes ces journées consacrées à casser les couilles de son prochain étaient à bannir et étaient d’excellents prétextes à rester au fond de son lit.

Malgré tout… TGIF !!!

 

5,669 total views, 2 views today

Related Posts