TGIF – Thanks God It’s Friday | 13 Décembre 2013

by • Dec 13, 2013 • T.G.I.F.Comments (1)4264

Business Trip.

Ce mot m’a fait rêver toute mon enfance…

Je vais raconter ma vie:

Mon beau-père, soit le concubin de ma mère (qui est une sainte), a passé toute sa carrière entre deux avions, le lundi à Londres, le jeudi à Rio et le samedi chez lui au coin du feu à caresser le chien. Pour moi c’était ça la vraie vie, parcourir le monde en costume cravate, un billet business class main gauche et un flacon de parfum main droite, acheté en duty free pour bibiche, elle qui est restée s’occuper des merdeux à la maison.

Pour moi un vrai homme d’affaires allait ouvrir des marchés dans des pays lointains, tel Christophe Colomb découvrant l’Amérique avec sa caravelle. Sa principale crainte ? l’oubli de son adaptateur de chargeur. Sa principale angoisse ? Devoir faire refaire son passeport parce qu’il n’y a plus de places dedans. Un businessman se rit du jet-lag ou des attentes dans les aéroports du monde entier… bref, il est international, mobile et moderne.

Cette vision un peu idéaliste est quand même encore d’actualité pour beaucoup de gens sur cette Terre, les politiques, dirigeants de haut niveau, ingénieurs ou commerciaux internationaux, voire même les footballeurs quand on y pense bien. J’ai d’ailleurs un pote, camarade de promo à l’IDRAC Lyon, qui a une vie comme ça aujourd’hui. Impossible de le joindre ou de lui proposer un déjeuner, il sera soit à Oslo, soit à Dubaï soit à “LA”. J’aime assez sa vie je dois le reconnaître.

Mais ça y’est !!! Aujourd’hui nom d’un cul je touche du doigt un rêve d’enfant, objectif assumé de toute une vie: je suis moi aussi en business trip. A moi les cartes magnétiques dans les hôtels, les housses de costume Boss et les appels surtaxés. Je vais pouvoir dire “vous savez pour moi il est 3H du matin, je suis un peu déconnecté”, “vous avez le code wifi ? là ça douille pour checker mes mails” ou encore  le fameux “on peut boire l’eau du robinet ?”. Tout ça dans un Anglais impeccable.

Buenos Aires ? Tokyo ? New York ? Pas du tout ma gueule: Colmar, préfecture du Haut-Rhin, Alsace ! Bourgade célèbre pour son marché de Noël (que j’ai vu de loin) et pour être la capitale des vins d’Alsace.

Après avoir fait 4H30 de route hier soir, être arrivé dans une ville déserte, bouffé une choucroute dégueulasse dans un attrape-touristes avec une technico-commerciale (je l’ai appelé commerciale, j’ai bien cru me prendre le jambonneau sur la tronche) et avoir descendu 2 pintes avec des ouvriers bleus bite de chez Velleda dans le seul bar ouvert du bled, j’ai pu me reposer dans mon Mercure sans charme et sans saveur pour enfin aller vendre ma sauce à mes interlocuteurs.

Mon métier, community manager, spécialiste de la E-réputation des commerçants et des restaurateurs, ne pousse pas spécialement à se coucher à Rotterdam pour se réveiller à Kuala Lumpur. De fait, je suis déjà content de sortir un peu de Lyon et d’aller voir ce qu’il se passe à quelques encablures.

J’en discutais un peu ironiquement au téléphone hier avec un pote qui me proposait un apéro. Lorsque je lui ai expliqué les raisons de mon refus, je me marrais en lui disant que mes business trips à moi étaient vraiment merdiques: Paris, Lille, le fin fond de la Belgique et Colmar. Il me disait qu’il serait déjà bien content de partir de temps en temps aux frais de sa boite. Why not.

Tout ce que je sais, c’est que là je suis dans un pub irlandais dans la “grand’ rue” de Colmar, à boire un demi en attendant de rentrer à Lyon. Heureusement, la barmaid a un décolleté tellement plongeant qu’on peut même voir son nombril sous sa paire de loches. Ca réconforte. En tous cas, la prochaine fois, le business trip je le ferai au soleil !

3,608 total views, 2 views today

Related Posts