TGIF – Thanks God It’s Friday | 24 janvier 2014

by • Jan 24, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)2578

Jeudi 23 janvier, 18H37, journée commencée à 8H30 sans pause déjeuner, je me décide à interrompre mon travail pourtant passionnant pour enfin me mettre à la rédaction de ce billet hebdomadaire.

A propos, je ne sais pas exactement pourquoi mais le billet de la semaine dernière m’a valu louanges, passions et commentaires tout au long de la semaine. Le point d’orgue tout à fait surprenant et insolite fut un tanga  en dentelle blanc crème envoyé par une (ou un) inconnue et réceptionné au bureau de poste “Lyon Grolée” mardi matin. A toi chère inconnue, brûlant de désir derrière ton écran d’ordinateur, je ne te dédicace malheureusement pas cette prose, préférant plus que largement les dessous noirs, tangas y compris. Je la dédicace en revanche à cette charmante blondinette venue m’aborder samedi soir aux alentours de 3H35 du matin dans un recoin de la boite de nuit “L’Ambassade” à Lyon, gin tonic (without cumcumber) à la main, me lançant “Bonsoir Monsieur l’Effronté” de sa voix douce et suave.

J’en viens à penser que mon post sur les différents tranches d’âge était pertinent. Seulement aujourd’hui patatra, semaine mortelle, pas d’inspiration, angoisse de la feuille blanche.

Heureusement une cliente (et lectrice) m’appelle cet après-midi sur les coups de 16H. “comment vas-tu Adrien ?“, “Mal ma pauvre, je suis sous l’eau, 25 mails à envoyer, 3 devis à faire et mon TGIF à pondre.” “Ah oui c’est vrai, quel sujet aujourd’hui ?” “j’en sais foutre rien lui répondis-je, as-tu une idée ?”. 

Après un blanc d’environ 2 nano secondes, la voilà qui me dit “je vois deux solutions: les célibataires de trente ans ou “no zob in job”.

Bon, entre mon billet de noël, celui juste avant les fêtes (dont le succès fut d’ailleurs à peu près équivalent à celui de Napoléon rentrant de Russie), puis tout de même celui de la semaine dernière, j’ai bien peur qu’aborder le célibat et la trentaine achève de vous convaincre que je suis nostalgique, couvant une grave dépression. Abordons donc le thème du “No zob in job”.

Il faut poser les bases du problème avant de s’engouffrer dedans: il est tout à fait inenvisageable de ne pas avoir de désir pour un avion de chasse, même si elle est notre stagiaire, patronne, comptable ou chef de projet de mon cul. Une fille bonne est une fille bonne, nous ne faisons aucune discrimination selon son rang social.

Néanmoins, si la petite assistante de direction envoie sacrément la gomme avec son cul de 12 et son piercing sur le nez, que vous la trouvez un poil vulgaire mais qu’elle irait quand même bien pour un 5 à 7 de temps en temps, il convient tout de même de peser le pour et le contre:

Ne nous le cachons pas, dans la plupart des cas, la position de supérieur hiérarchique donne à la relation que l’on entretien avec une subordonnée un côté un peu dominant qui ne vous déplaît pas. Elle est obligée de feindre de boire vos paroles et de considérer vos décisions comme paroles d’évangiles. Nous sommes encore majoritairement jeunes, évidemment beaux (du moins c’était notre ciblage marketing), vous réussirez donc sans trop de soucis à séduire cette jeune ingénue. Vos rapports deviendront complices tout en étant coupables, et vous vous rendrez vite compte que vous ne vous sentez plus trop de lui donner un ordre ou d’avoir de l’autorité sur elle, elle qui en a tant sur vous le soir dans la chambre à coucher…

Cette assistante devenue maîtresse, qui pourra aussi bien être une stagiaire ou une collègue d’ailleurs, va occuper vos pensées au bureau, toutes vos pensées, dissipant largement votre comportement et atténuant vos performances professionnelles. Cette situation ne va évidemment pas tarder à échapper à votre patron et/ou, plus grave, à vos clients. C’est là que les emmerdes vont vraiment commencer pour votre matricule.

Comme le dit Al Pacino dans Heat “tu sais ce que c’est le problème ? C’est qu’elle a un putain de cul de déesse !! Aucun homme ne peut résister à l’appel de la fesse”. Et oui, mais c’est grâce à ça que le flic qu’il joue arrive à arrêter les dangereux bandits. Nous ne sommes pas supérieurs aux autres, nous ne sommes que de simples mortels.

Une fois votre entreprise ou votre job en péril, vous allez peu à peu plonger dans un petit mal-être vous rendant bien moins séduisant pour votre partenaire, elle même pécheresse, mais elle avait qu’à être moche. Vous allez donc malencontreusement tout perdre, job et pognon en priorité. En espérant que vous n’ayez pas en plus fait la sottise de faire ces choses là déjà en couple, auquel cas votre femme ne va pas tarder à découvrir le pot aux roses et vous larguer également.

La France est encore à peu près épargnée, mais le risque de tomber pour harcèlement sexuel (avec circonstances aggravées évidemment) n’est pas à écarter. Il vous permettrait même de réaliser un joli grand chelem.

Me concernant, jeune patron de ma propre tronche puisque n’ayant pour l’instant pas les moyens d’embaucher quelqu’un à temps plein, je recrute néanmoins beaucoup de stagiaires. Si chacune de mes annonces d’offre de stage me fait recevoir plusieurs dizaines de CV, je me montre particulièrement sexiste et discriminant: j’exclu immédiatement et sans aucune pitié toutes les candidatures illustrées par une photo pouvant nuire à la santé de mon entreprise.

No zob in job est un adage qu’il convient de respecter, et lorsqu’on connait ses faiblesses, mieux vaut les contourner dès la racine.

19H40, mon TGIF est maintenant fini, je vais pouvoir rentrer voir Roger et boire l’apéritif !

1,213 total views, 1 views today

Related Posts