TGIF – THANK GOD IT’S FRIDAY | 31 octobre 2014

by • Oct 31, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)2434

Salut !

Comment vous portez-vous en cette semaine de merde ? Alors déjà que j’aime pas spécialement Noël et son cortège de niaiseries, j’avais oublié à quel point Halloween pouvait me foutre hors de moi.

Déjà que Giscard eut la bonne idée de nous foutre le moral dans les chaussettes en raccourcissant les journées d’une heure, il faut en plus qu’on se coltine les ploucosses déguisés en sorciers, avec une bougie dans le potiron, une toile d’araignée entre le pif et le menton et une espèce de cape noire vraisemblablement confectionnée par une grand-mère dépassée par les évènements. Comme disait Laurent Gerra, on devrait jumeler cette fête avec la Gay Pride et la renommer Hallogouines.

Je ne suis pas José Bové, mais déjà que les ricains viennent nous envahir avec leur bouffe malsaine, leurs films dans lesquels ils sauvent systématiquement le monde à la fin, il faut en plus qu’on se coltine leurs fêtes à la con ! Heureusement qu’ils nous envoient aussi des Tera Patrick, des Tori Black et des Tara Reed. Les initiés comprendront…

Bref, ce lundi fut l’occasion pour beaucoup de goûter aux joies des sorties de bureau alors qu’il fait déjà nuit pour la première fois depuis le mois de mars. Cette ambiance de fin de journée me rappelle les pires souvenirs de collège, où la lumière agressive du gros néon au dessus de nos tronches nous aveugle et nous rend visible dans toute la rue. C’est donc un peu la morosité ambiante qui gagne le bureau des effrontés en cette fin de semaine. D’autant que cette année on s’assied sur un poing bien fermé avec cette putain de Toussaint qui tombe un samedi. Non seulement on passe dans un mois useless à mort, mais en plus on peut pas se saoûler un soir supplémentaire.

En parlant de beuverie, j’étais comme vous le savez en terres stéphanoises la semaine passée. Ce que vous ne savez en revanche pas, c’est que j’y suis retourné. Un ami m’a dit “fais attention: Saint-Etienne c’est comme aller aux putes. Tu as honte la première fois mais t’y prends vite goût.”

Le laissant seul avec sa conscience et ses maladies vénériennes, j’ai bouclé mon baluchon et suis retourné au fond de la vallée du Giez, dans le Forez, pour assister à un anniversaire de haute voltige.

Il paraît que certains sociologues et ethnologues paresseux mesurent la qualité de vie d’une ville ou d’une région au taux d’alcoolisme local. En gros, plus la ville est dégueulasse plus les gens picolent. C’est donc tout naturellement que je suis reparti de la cité radieuse avec une gueule de bois monumentale et la satisfaction de m’être fait violer (la bouche uniquement) par une gonzesse qui pourrait être la fille cachée de Sébastien Chabal et Laure Manaudou. Autant vous dire que dans le coin fumeur je faisais pas le mariole et que, comme c’est malheureusement le cas pour les filles violées dans les lieux publics, peu de passants se sont portés volontaires pour me secourir.

Si le Stéphanois bénéficie du prix au mètre carré le moins cher de France, passant même devant Vesoul, Roubaix ou encore Mulhouse, il préfère toutefois organiser ses sauteries en discothèque. Oui, je sais, ce mot est ringard et fait référence à ce que Ségolène aurait pu nommer la beaufitude, mais nous sommes à “Sainté”… En gros, une arrivée triomphale en terres ennemies à 20H, un premier verre de blanc “mais en rythme, il s’agit de pas être ivre mort à 23H30”, un premier whisky descendu façon Carole Montillet alors qu’il n’est pas 22H et déjà des envies d’attouchements sur la petite des vestiaires pourtant jugée, à raison, “super jacky, gros nibards mais j’ai pas la dalle à ce point” à peine deux heures plus tôt. La fameuse meuf ethyloteste qui vous fait comprendre que vous allez mal finir si vous commencez à imaginer des saloperies avec elle.

Il est maintenant 23H et vous venez de comprendre que ce que le type tient dans ses mains depuis une demi-heure est en fait le cadeau d’anniversaire que vous avez acheté dans l’après-midi.

1H, la boite de nuit est à vous. Après avoir montré votre cul environ 20 fois à l’ensemble des invités et des clients lambda, arrosé au champagne 15 personnes en vous prenant pour un pilote de formule 1, bousculé 5 cons pour vous rendre au coin fumeur, dans lequel vous aurez par deux fois allumé votre clope par le filtre, vous finirez tranquillement votre soirée à dormir sur le trottoir. Comme nous sommes à Saint-Etienne, votre bas esprit de supporter de base vous aura conduit par 3 fois à vous mettre sur le podium pour hurler “Stéphanois !!! enculés !!!!” tout en tapant dans vos mains, histoire de vous croire en virage nord du Stade de Gerland. En fait c’est au moment où vous aurez tenté de lancer un “Emmenez-moi à Geoffroy Guichard, emmenez-moi au pays des bâtards” que vous commencerez à désaoûler. Notez que je vous le recommande si ça venait à vous arriver, le Stéphanois est un garçon charmant mais pas spécialement ravi que l’on vienne piétiner la seule fierté qui puisse émaner de la ville grise !

Il est 5h du matin quand vous regagnerez votre lit, il faut bien le dire heureux par une soirée de qualité avec des gens qui savent réellement faire la bringue.

11H du matin, votre réveil sonne et vous ramène à une triste réalité: le déjeuner de famille dominical 2H plus tard à Lyon.

Un sumo stationne sur vos épaules et refuse de se barrer, votre coeur bat à 4000 tours minute et votre pote qui vous héberge  perd patience après vous avoir expliqué 3 fois en vain le chemin des chiottes.

Il est 11H30 et vous partez pour la gare de Châteaucreux dans l’espoir d’y trouver un train direction la civilisation. Miracle, joie et élan d’optimisme, vous avez 10 minutes pour choper un TER, ce qui vous laisse assez de temps pour vous acheter 4 litres de flotte dans la boulangerie de la gare, dans laquelle vous aurez quand même craqué sur un bon truc bien gras et bien dégueulasse pour se remettre la tête à l’endroit. Me concernant ce fut un thon/mayo, au réveil y’a que ça de vrai. Un petit passage au tabac pour refaire les stocks et s’acheter un paquet de chewing-gums pour l’arrivée dans la voiture familiale devant la gare et zou.

L’heure de train qui sépare Lyon de Saint-Etienne est un véritable supplice, tant est si bien que vous transpirez à grosses gouttes à la moindre secousse et que vous optez finalement pour un fauteuil dans le sens de la route, à proximité immédiate des toilettes.

Votre mère qui vous attend devant la gare vous examine de manière navrée, pas bien fière de son rejeton et vous explique que quoi qu’il arrive vous allez en chier. ” Je te préviens, tes neveux te réclament depuis hier soir, ne compte même pas dormir 1 minute”. Ils ne savent pas encore que l’oncle préféré se ramène avec un cimetière de rats entre les dents, des yeux sortis d’un jeu de déguisements pour Halloween et une centrale hydraulique dans le bide

Lorsque vous aurez manqué de dégobiller sur votre beau-père, coupable de vous avoir proposé un coup de rouge, fait le cheval 3 fois pour amuser votre neveu, organisé un combat de catch entre votre neveu et votre nièce, simulé le débarquement de Normandie avec votre neveu comme soldat US et vos deux nièces en snipeurs allemandes, vous pourrez tranquillement aller vous coucher, satisfait de votre sort et heureux d’avoir découvert les nuits stéphanoises.

S’ils ne sont pas très bons en architecture urbaine, encore moins en foot, il faut reconnaître que question bringue ils s’en sortent pas trop mal.

Si vous cherchez un endroit pour sortir, faites la route jusque dans le 42, vous risquez de ne pas être déçus.

TGIF les cocos, excellent week-end.

A Maxime Scherrer. 

N.B: je dois admettre que le cliché de la ville moche est assez exagéré. Sans aller jusqu’à dire que Saint-Etienne se classe entre Paris et Rome dans le classement des plus belles ville du monde, le centre est assez mignon avec des belles places et des beaux immeubles. Je recommande notamment la place jean-Jaurès ou l’Avenue de la Libération. Et puis si Lyon est plus grande et, à mon avis, plus jolie, il faut aussi reconnaître qu’on se fait quand même bien chier après 3H du matin, ce qui n’est pas le cas chez nos amis du Forez.

 

1,756 total views, 1 views today

Related Posts