TGIF – THANKS GOD IT’S FRIDAY | 05 septembre 2014

by • Sep 05, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)1706

Pronto !

Nous voici en septembre, le premier des mois qui se termine en “embre”, début de l’autoroute de la merde qui va nous amener aux mois en “ier”, avant de sortir de l’eau dans 6 mois avec le mois de mars et le retour du printemps.

Noter qu’il faut tout de même être optimiste et être un “long term viewer” pour penser déjà au retour du printemps. Mais enfin vous n’êtes pas venus sur ce site un vendredi matin ensoleillé pour qu’on vous parle de temps de merde, de retour de l’hiver et de jours qui diminuent.

La phrase de la semaine entendue 843 fois: “on a eu un été pas terrible mais on a une belle arrière saison, c’est l’été indien ! Trop agréable…

Le prochain qui a l’idée de me dire un truc s’en rapprochant risque de se faire également torturer à l’indienne. C’est tout de même merveilleux de se réjouir d’avoir passé ses vacances sous la flotte et de cramer de chaud au bureau !

Bref, on le disait, nous voici en septembre et cette fois ci la rentrée ne s’applique plus qu’à nous, les néo vieux qui n’avons plus que 5 semaines de congés payés, mais bien à l’ensemble de la population puisque les écoliers, collégiens et lycéens ont aussi regagné le bahut cette semaine. Oui je sais, il reste encore pas mal d’étudiants qui se la touchent et qui s’amusent à vous dire “moi je reprends qu’en octobre“. Et bah profites en bien, et surtout fais en sorte de repiquer le plus longtemps possible !!

Vous vous rappelez vous des jours de rentrée quand on était gamin ?

Très franchement, j’ai assez peu de souvenirs de mes rentrées des classes en maternelle, m’en voulez pas ! Disons que ça commence au CP en fait, où sans le vouloir vos parents vous foutent déjà une pression d’enculé…

Si en maternelle vous alliez au bahut les mains dans les poches, avec éventuellement une peluche, pour la rentrée à l’école primaire vous avez quand même l’obligation de remplir votre trousse et votre cartable. Même si j’imagine que désormais les gamins attaquent le sac à dos type Eastpak dès la maternelle, ma rentrée en CP en septembre 1993 s’est faite avec un sac à dos rectangulaire jaune, vert et rouge, 2 poches carrées sur le devant, l’une pour la boite à gouter et l’autre pour l’étui à lunettes.

Soit dit en passant, j’ai 10/10 aux deux yeux depuis ma naissance, je ne comprends toujours pas pourquoi mes parents m’ont acheté une paire de loutches à mon entrée en CP, si ce n’est pour compléter mon uniforme 1er de classe/fayot/fils à papa/trou de balle. Remarquez, ils ont bien fait d’en profiter à cette époque là, parce que ça a assez vite dérapé !

Je me rappelle donc comme si c’était hier de ce fameux jour de septembre 1993 où je traversais le chambre parentale pour aller me raser (non je déconne). Mon père, enthousiaste à l’idée que son petit dernier aille enfin à l’école, réduisant du même coup le nombre d’années qu’il lui restait à m’avoir à sa charge, m’a dit une putain de phrase qui m’a hanté jusqu’à mon mémoire de Master 1. “Adrien, à partir d’aujourd’hui tu vas devenir savant“.

C’est donc investi d’une mission parentale que ma scolarité à commencé, avec des hauts mais surtout des bas… Même si clairement du CP au CM2 il n’y a pas eu de soucis particuliers.

Pourvu d’hormones de Bonobo, j’ai rapidement trouvé les filles jolies et ai rapidement tenté de leur plaire. C’est à partir de ce moment là que les garçons commencent à chier dans la colle niveau étude.

C’est donc en rentrent en 6ème que généralement les garçons deviennent moins bons que les filles à l’école. Vous vous rappelez de la veille de votre entrée en 6ème vous ? Là pour le coup pareil, comme si c’était hier !

Les grands frères qui défilent dans la chambre en vous lâchant un petit “alors ça y’est le petit, tu vas chez les grands ? tu sais que les filles en 6ème elles ont des gros seins ? Du coup tu peux pas garder ce sac à dos et ton pull Tintin tu le jettes. Habille toi en skateur !

C’est donc habillé avec un Jean délavé et trop large, une paire de Vans et un sac Jansport dans le dos que je débarqua dans la cour du collège Chevreul, pas franchement connu pour abriter des délinquants ou des skateurs. Mais je dois bien admettre que la technique des grands frères était bonne, je me suis fait immédiatement remarquer ! Enfin c’était surement du à ma tête typée marocaine avec le recul…

A partir de la 6ème, rentrée rime quand même avec retrouvailles avec les potes, espoir de se retrouver dans la même classe que Clémentine, la petite blonde de l’année dernière et surtout l’angoisse concernant la liste des profs et l’emploi du temps.

Si à notre rentrée en 6ème on est encore un enfant mignon, doux et facilement impressionnable, ce ne sera plus le cas en 4ème où, pour ma part, je me rendais au bahut avec un froc au milieu du fion, des Globe ou des Osiris aux pieds et surtout le discman dans la poche et les écouteurs qui passent sous le sweat Carhart ! Dans le discman on avait le choix: Offspring si on voulait passer pour un mec à la mode, NTM, la FF ou encore le 113 pour les mecs un peu plus undergrounds ! Moi c’était 113, NTM, Nirvana, les Guns et Korn !!

Vient la rentrée en seconde, au lycée quoi, là où clairement les garçons sont devenus des hommes, du moins c’est ce qu’ils croient. Même si aujourd’hui les jeunes trous de cul qui rentrent en seconde ont pour la majorité déjà fait sprinter l’unijambiste entre les miches pas encore formées de leurs petites camarades, il y’a encore 10 ans on n’était pas nombreux dans ce cas là. J’ose le dire, chez moi en 3ème l’affaire était réglée. (Maman, je sais que tu me lis, désolé mais t’avais qu’à pas partir en week-end chez les Avet à Ramatuelle). Toujours est-il qu’il fallait plus que jamais arriver beau comme un camion et directement montrer qui est le patron !

Pour moi la rentrée en seconde était en septembre 2002 et à cette époque là il fallait impérativement un Diesel troué, un article de la marque Burberry et une paire de Sparco aux pieds. Si vous étiez en Air Max vous passiez pour le rebelle de la classe mais dans le mauvais sens, si vous aviez une chemise à carreaux vous passiez pour un intello, idem que le pull col V, et je ne parle même pas du survêtement Lacoste ou Tacchini dans un bahut pour gosse de riches… ça sentait le mec qui avait une crise d’ado un peu compliquée ! Quand j’y pense, j’en avais pour plus cher sur le cul qu’aujourd’hui…

Je passerai sur les rentrées en études supérieures qui sont toutes différentes selon la filière choisie, même si pour ceux qui ont la chance de savoir ce qui se cache derrière les 3 lettres “WEI“, on a sûrement un paquet de points communs et d’anecdotes partagées… Si je pensais que le but du jeu à un week-end d’intégration était de se faire pote immédiatement avec les plus belles, en fait c’était une connerie. Il faut se mettre une cabane, être identifié comme un marrant de la promo et se faire pote avec les “populaires” des prochaines années afin de créer un méchant groupe de potes.

Et puis il y’a les rentrées maintenant, jeune cadre (ou pas) dans nos boites respectives. Les rentrées sont plus calmes, plutôt ponctuées par des “Oh comme t’es bronzé ? ou un petit “ah bah vivement les prochaines vacances !” que par la volonté de séduire les nouvelles et de se marrer pendant un an.

Mais à chaque âge chaque plaisir !

Bon week-end les cocos,

TGIF !!!

En bonus, une musique qui va forcément et évidemment vous rappeler vos années collège, nos premiers émois devant Sexe Intention…  Bref, une belle époque ! Enfin là elle est remixée pour la mettre au goût du jour quand même…

1,254 total views, 1 views today

Related Posts