TGIF – THANKS GOD IT’S FRIDAY | 09 Mai 2014

by • May 09, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)2144

Amis de la liberté bonjour !

Si une bonne partie d’entre vous sont entrain de se toucher la béquille au soleil ce matin, cuvant leur rosé de la veille, alors que nous ne sommes que vendredi et hier jeudi, c’est grâce à nos maquisards, nos résistants, à l’armée britannique, à ces braves soldats ricains qui sont venus se faire tuer loin de chez eux, à l’armée rouge, à Churchill, Franklin D. Roosevelt (qui n’est pas qu’un arrêt de métro) et au Général de Gaulle.

Ne dit-on pas que toute la France a résisté ? si, on le dit !

7 Mai 1945, les troupes alliées entrent dans Berlin avec l’intime espoir de trouver une bonne boite électro. Comme pour tous les touristes, cette espoir est déçu devant l’entrée du Berghein, à l’époque encore centrale électrique. Enervés de caler devant cette boite après en avoir attendu monts et merveilles,  ils décident donc de remettre leurs beaux uniformes et d’aller mettre une peignée à tous ces connards en tenue Hugo Boss vert de gris, avec un aigle en guise de logo.

Cette bataille ultime durera toute la journée du 8 Mai, jusqu’à ce que Staline commence à bailler sévère et décide qu’il était l’heure d’aller foutre la viande dans le torchon. Pas du genre franchement patient ni très fêtard, le petit père du peuple soviétique exige une signature de l’armistice dans les meilleurs délais. Celle-ci intervient à 23H16 dans une coquette villa de la banlieue Est de la capitale allemande, à l’époque pas encore peuplée de noctambules déguisés et plein de substances chimiques. En fait c’était même pas du tout l’ambiance, puisque les seules tronches aperçues ce soir là dans le secteur furent celles des représentants Britanniques, Soviétiques, Américains et Français, plutôt sur les dents après 6 ans à se foutre sur la gueule contre le petit moustachu éjaculateur précoce (source de son ancienne maîtresse Eva Braun).

Pour être tout à fait complet sur cette épisode glorieux de notre passé, une première reddition fut signée la veille dans un collège de Reims, maintenant appelé Franklin Roosevelt (comme quoi ce n’est vraiment pas qu’un arrêt de métro !). Ce bout de papier qui promettait aux peuples du monde entier d’avoir enfin la paix du chat a été signé en premier lieu par un maréchal allemand, le dénommé Alfred Jodl. Pour le surveiller et vérifier qu’il ne faisait pas de faute, il était étroitement surveillé par les généraux américains Smith et Eisenhower, le général français Sevez, qui est d’ailleurs resté malgré ça inconnu au bataillon, et un ruskov, l’ami Sousloparov.

Qu’on soit bien d’accord, le 8 Mai est la date de la fin de la guerre en France, mais pas celle de la guerre mondiale qui s’est arrêtée le 2 Septembre 1945. Ce sont les américains qui ont marqué le but en or en larguant 2 bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, histoire de leur apprendre à se faire hara-kiri à Pearl Harbor. Le procédé est efficace, mais enfin ça nout fait une paix mondiale à 500 000 morts la cartouche d’encre.

Le mois de mai est un peu le mois de la branlette en France. On bosse 3 jours, on en glande 4, on pose des ponts, voire des aqueducs, on part faire trempette sur la côte, on jardine, on traine en bas des immeubles ou on se met des caisses entre copains. Pâques vient de se terminer, on a fêté le travail en manifestant contre ceux qui nous en donnent, on fête la paix en se mettant la guerre, et on attend l’ascension tranquillement.

Si en ce week end célébrant l’armistice, quand on se réveillera avec l’haleine d’un poney enrhumé, l’oeil rougit par le whisky, on pouvait avoir une petite pensée pour les 100 millions de soldats venant de 61 pays, les 62 millions de morts dont 5 100 000 dans les camps de la mort, ainsi qu’à nos grands-parents qui ont manqué de tout à l’âge où nous jetons nos tranches de jambon périmées depuis 2 heures, ce sera déjà pas mal !

Inutile d’être rabat-joie alors qu’il fait enfin beau temps le week-end et qu’on peut se balader tranquille le chat, mais prenons conscience malgré tout ce qu’on nous raconte à la télé, d’histoire de génération sacrifiée et de crise sans précédent, que nos grands-parents ont réussi à reconstruire un pays tombé bien plus bas qu’il ne l’est aujourd’hui, avec beaucoup moins de moyens. Nous ne sommes pas plus débiles que les jeunes de l’époque, juste plus feignasses, gavés de gadgets qui nous rendent cons, moi le premier et avec un jemenfoutisme de notre pays qui fait peur ! Alors on se sort les doigts que diable, et on tente de regarder dans la même direction autrement que pendant la levrette.

Comme disait Lady Di, profitez du pont pour vous éclater.

TGIF les amis !

1,560 total views, 1 views today

Related Posts