TGIF – THANKS GOD IT’S FRIDAY | 8 Août 2014

by • Aug 08, 2014 • T.G.I.F.Comments (1)4011

Bien le salam à tous !

Vous le savez puisque je vous l’ai raconté la semaine dernière, je devais à la base partir peinard pendant 3 semaines sans me soucier de rien ni de personne, et surtout pas de toi, fidèle et espiègle lecteur de ce TGIF hebdomadaire. Mais tout ça c’était avant que le père Tim, cofondateur émérite de ce site, ne me menace de remplir ma fiche d’impôt à ma place si je ne daignais pas prendre la plume chaque semaine pour faire augmenter encore et toujours l’audimat.

Ce n’est donc pas la plume que je prends mais bien le clavier, et me voici me voilà l’inspecteur Gadget, je vais tâcher de vous raconter quelque chose d’intéressant.

Parce que je me dis que les rares à visiter ce site durant le mois d’Août sont ceux qui ne sont pas en vacances, je vais tenter de vous faire un carnet de voyages et par la même de te faire évader de ta chaise à roulettes l’espace de deux minutes.

Si la semaine passée j’écrivais ce billet depuis un balcon glacial de la vallée de Megève, c’est tout à fait à l’opposé de l’hexagone que je me trouve aujourd’hui. Je suis en effet au Cap-Ferret, charmante bourgade du bassin d’Arcachon, coin célèbre pour ses huîtres, son petit blanc qu’on boit sous la tonnelle, son odeur de marée basse, sa dune du Pyla, les Petits Mouchoirs et les petites blondes qui aiment bien visiter la plage une fois la nuit tombée…

Alors oui le film de Guillaume Canet a fait grimper le prix de l’immobilier de manière spectaculaire, oui le coup de projecteur qu’il a donné à ce petit coin de paradis a attiré une clientèle nouvelle un brin nouveau riche, mais au Cap-Ferret: on se détend, on boit un coup de blanc au marché, on fait la sieste, on circule à vélo, on vit en fonction des marées et surtout on ne se montre pas !

Si vos standards sont uniquement méditerranéens, repassez y’a rien à voir ! Ici aucune assurance ciel bleu, vous pouvez tout à fait passer une semaine à regarder la pluie tomber et à vous faire chier comme un rat mort. C’est le côté relou. Autrement, tout est plus simple. Pas besoin d’appeler un pote qui connait un pote qui connait le petit frère du serveur pour avoir une table quelque part, pas besoin de se changer 8 fois pour s’assurer de rentrer dans la boite de nuit, pas besoin de louer une Ferrari jaune canari et de se gominer la gueule pour avoir 3 blondes peroxydées à sa table qui remuent le fion quand un magnum de Dom Pé arrive… non, rien de tout ça !

Ici on boit du rosé et du Mojito en famille, on va manger des huîtres sur le bassin en respirant les odeurs de marée basse, on double des jolies filles à vélo et on s’enjaille en pantalon moutarde et pull sur les épaules !

D’ailleurs ici, on dit “le Ferret“. “Tu vas où pendant les vacances ?” “Je vais au Ferret !“.

Lorsqu’on prononce cette dernière phrase, c’est qu’on se trouve généralement au Cap, tout au sud de la péninsule sur laquelle on trouve également Claouay, le Petit et le Grand Piquey, Piraillan, le Canon, l’Herbe et encore la Vigne. C’est comme partout, plus on se rapproche du centre, plus c’est chic, plus c’est cher, et plus on a envie de le dire. Si vous cherchez la fameuse maison de François Cluzet dans les Petits Mouchoirs, elle se trouve dans le prestigieux quartier des 44 hectares, tout à fait à la pointe du Cap Ferret. Cette zone privilégiée est encore très sauvage, reçoit très mal le téléphone et compte beaucoup de routes encore en sable ressemblant davantage à une piste qu’aux routes bien goudronnées de Pampelonne.

Toutes ces communes sont rattachées à la ville de Lège-Cap Ferret. A ce propos, si jamais vous souhaitez louer une cambuse dans le coin l’été prochain ne vous faites pas avoir: si votre maison ou votre hôtel se trouve au nord du Canon n’y allez surtout pas, c’est un peu comme croire aller à Courchevel et pioncer à Moutiers.

Bon, on est d’accord que j’ai passé tous mes étés dans le midi et que depuis que j’ai découvert les joies de l’atlantique, j’ai la foi des convertis, zélé et obtu lorsqu’on me parle des autres paroisses.

Il faut tout de même admettre que pour nous autres lyonnais ou habitants de la grande moitié Est de la France, c’est une putain de tannée de se rendre en West Coast. Heureusement, Easy Jet a ouvert depuis quelques années une ligne Lyon/Bordeaux a raison de deux vols par jour durant la période estivale, permettant de faire Lyon/Cap Ferret en grosso modo 5H porte à porte grâce à la navette partant de l’aéroport de Mérignac et desservant tous les coins du bassin d’Arcachon.

N’ayant jamais de chatte avec les transports en commun, peu importe qu’ils soient roulants, volants ou flottants, j’ai eu droit à la vieille conne de service. On en a tous connu une, celle qui arrive et qui commence immédiatement par un: “ah bah je suis au milieu c’est vraiment la pire des places ! pffff“.

Ne voyant aucune réaction de ma part, elle me lance sur un ton très sec:

– “Jeune homme, ça vous ennuierait de me laisser votre place vers le hublot ?!
– “Pardon ?
– “Non parce que vous êtes jeune vous, ça vous dérange moins d’être au milieu !
– “Ce qui me dérange c’est que je mesure 20 cm de plus que vous, que j’ai réservé cette place exprès sur Internet et que vous me demandez ça avant même de me dire bonjour“.

Médusée par mon toupet, la vieille peau n’a rien trouvé de mieux à foutre que de me fixer pendant tout le trajet. Ayant tout à coup l’envie de me gratter le pif, celle ci a lancé de manière plus que très audible dans tout l’avion:

– “Ah bah non seulement il est malpoli mais en plus il se cure le pif, c’est la meilleure“.

Constatant mon rire moqueur et mon absence de réaction, la voilà mouchée pour un moment me dis-je.

En fait jusqu’à l’atterrissage, où elle cherchait à lire les sms que je recevais. Masquant mon écran avec mon “Capital” tout en entamant une baston de regard, elle a esquissé un “je crois que je préfère encore lire vos messages que de voir votre doigt dans votre nez“.

Alors là je n’y tenais plus, faisant fi de ma bonne éducation je lui ai donc lancé: “Vous n’avez pas l’impression de correspondre parfaitement à la définition de la vieille conne ?

La voyant décontenancée et livide, je porta l’estocade “vous êtes aigrie, acariâtre, vous râlez depuis une heure et en plus vous ne savez même pas dire bonjour. Et ça veut donner des leçons de vie… Quand on ne peut supporter rien ni personne, on se débrouille pour avoir les moyens de se payer une 1ère sur Air France, pas le wagon à bestiaux sur Easyjet !

Après l’avoir salué d’un petit coucou de la main en me saisissant de ma valise de 18, 47 kilos (source: balance EasyJet), les vacances pouvaient enfin commencer…

Quoi qu’il en soit, si vous êtes dans le coin cet été, il y’a de fortes chances que nous nous croisions au Tchanqué, au Sail Fish ou Chez Hortense…

Bonnes vacances à ceux qui se sentent concernés, bon courage aux autres !

3,434 total views, 2 views today

Related Posts