ANTOINE TICHIT x INTERVIEW 10.3 by les Effrontés.

ANTOINE TICHIT x INTERVIEW 10.3 by les Effrontés.

by • Oct 09, 2014 • InterviewComments (0)4841

Le principe de l’interview 10.3 by les effrontés c’est 23 questions et pas une de plus ! Le concept «10.3» est simple: on pose 23 questions dont 10 un brin formelles, 10 plus personnelles en terminant par 3 questions complètement hors contexte qui nous passent par la tête sur le moment.

Ayant la ferme volonté de rapprocher le lecteur de la personne interrogée, et parce que nous sommes tout de même effrontés, ne cherchez pas de signes de vouvoiement dans nos interviews, puisque cette formule de langage s’efforce de construire une barrière entre les deux partis.

Presentation.

A 25 ans tout juste, Antoine Tichit touche son rêve du bout des doigts : Jouer en TOP 14 et ce pour la seconde année consécutive. Ce beau bébé Gaillacois d’un mètre 82 et de 112 kilos a su tirer son épingle du jeu et saisir les opportunités au bon moment. Il joue désormais dans la cour des grands en portant fièrement les couleurs du club de rugby oyonnaxien (US. Oyonnax) en tant que joueur pro depuis 2009. Ce rugbyman aux allures de Hulk a fait du sport, non pas seulement une passion mais également un métier à temps plein. Comme on dit souvent, le rugby c’est l’école de la vie, et Antoine nous en parle ici :

Interview.

Avant d’entamer cette interview, peux-tu te présenter brièvement aux lecteurs de l’Effronté en nous parlant un peu de toi, de ton background et de ton parcours ?

Antoine Tichit : Il y a en une grande partie dans la présentation sinon essayez de chercher sur internet…

01. Si tu nous expliquais en deux mots, ton poste dans une équipe de rugby ? 

Antoine Tichit : Je suis pilier. Ce poste porte assez bien son nom puisque on est la pour caler la mêlée et permettre au jeu de se dérouler. C est un poste qui a beaucoup évolué. Aujourd’hui il demande aussi de l’activité sur le terrain. Je joue à gauche car je m’y sens mieux. C’est surtout une question d’appuis et de sensation.

02. Et le rugby c’est depuis tout petit ? 

Antoine Tichit : Quand je suis arrivé à Gaillac dans le sud ouest on m’a immédiatement conduit sur les terrains. Le rugby fait parti de l’ADN de cette ville. J’ai trouvé sans problèmes ma place et des amis.

03. Comment es tu arrivé à Oyonnax ? 

Antoine Tichit : C’est Christophe Urios (l’actuel directeur sportif de l’US Oyonnax) qui est venu me chercher il y a 7 ans. J’ai  compris qu’il croyait en moi. Je connaissais ses compétences en matière rugbystique donc j’ai foncé.

04. Comment se déroule une journée chez un rugbyman ? 

Antoine Tichit : En général on s’entraîne deux fois dans la journée. Une partie en salle de musculation et l’autre sur le terrain. Mais on doit faire 9 h midi et 14h 30- 18 h si on compte la récupération. Ce qui implique un peu de rigueur et un régime sportif à respecter. C’est un emploi à temps plein sans compter les week-ends avec les matches.

05. Comment as-tu vécu ton tire de champion de Pro D2 en 2013 et le passage en TOP 14 ? 

Antoine Tichit : Le titre était formidable. C’est ma plus belle saison de rugby. On était une bande d’amis alors forcément c’était souvent l’euphorie surtout après les matchs avec pas mal de 3ème mi-temps mémorables. Le passage en top 14 a demandé beaucoup plus de rigueur. Aujourd’hui on fait quand même plus attention. Les matchs s’enchaînent et il faut être prêt tout les week-ends. Le moindre point est important pour se sauver.

06. Le fameux « ici, ici c’est Oyonnax » c’est important pour toi ?

Antoine Tichit : (Il rigole.) Oui il est important. Oyonnax à une identité forte et ce cri le résume bien. On a des supporters qui donnent de la voix et qui nous poussent à faire des efforts supplémentaires. On a besoin de ce supplément d’âme pour aller chercher des victoires.

07. Quels sont tes mots d’ordre au rugby ? 

Antoine Tichit : Solidarité, combat et plaisir. Le dernier est assez surprenant pour mon poste mais on peut prendre du plaisir dans l’engagement.

08. Quand on vous voit vous rentrer dedans sur le petit écran, en vrai ça donne quoi ?

Antoine Tichit : Les chocs sont bels et biens là. Le lendemain on les sent encore !

09. Quels sont tes meilleurs souvenirs ? 

Antoine Tichit J’en ai beaucoup. La victoire contre l’ASM  l’an dernier dans un Mathon (c’est le nom du stade de rugby à Oyonnax) en folie en fait parti. L’équipe de Clermont Auvergne actuel premier dans le classement du Top 14 et champion de France avait essuyé une défaite contre Oyonnax qui jouait à domicile avec un résultat de 23 à 14.

10. Comment vois-tu la suite de ta carrière ? 

Antoine Tichit : Je ne me projette pas. C’est le meilleur moyen de se perdre, il faut vivre dans le présent.

 

La beauté d’une interview réside dans le fait de pouvoir s’engouffrer dans l’intimité de la personne sans pour autant en dévoiler ses secrets… Passons donc, maintenant, à des questions un chouïa plus personnelles. Nous devons préciser qu’elles se terminent toutes par et pourquoi ? La justification donne parfois du sens à la réponse. Au passage, pas besoin de te justifier sur la question numéro #10, ça ne s’explique pas…

 

01. Dans quelle ville rêverais-tu d’habituer ?

Antoine Tichit : A Gaillac bien sûr avec la famille et les amis mais je suis très bien à Oyonnax.

02. Quelle est la personne, vivante ou disparu, que tu admires ou admirais le plus ?

Antoine Tichit : En réfléchissant bien je n’ai pas de personne à proprement parler que je suis susceptible d’admirer. Dans la vie de tous les jours comme dans le milieu rugbystique, chaque personne a quelque chose d’admirable.

03. Quelle est ta plus grande peur ?

Antoine Tichit : La solitude.

04. Enfant, tu rêvais d’être ?

Antoine Tichit : Rugbyman

05. Si tu avais le pouvoir de changer une seule chose, quelle serait-elle ?

Antoine Tichit : Je ne changerai rien, à mon sens il ne faut pas regarder en arrière mais plutôt apprendre de ses erreurs et avancer.

06. Si Dieu existe, qu’aimerais-tu, après ta mort, l’entendre te dire ?

Antoine Tichit : C est bien t’as fait des choix mais t’es resté un homme droit.

07. Quelle est ton idée du bonheur?

Antoine Tichit : Des moments simples de partage entre amis à rigoler autour d’un repas par exemple.

08. Quel est ton motto/ta devise dans la vie ?

Antoine Tichit : Avance

09. Quel est ton passe-temps préféré ?

Antoine Tichit : Mon passe temps préféré est d’aller m’incruster chez un pote à droite et à gauche. Je m’ennuie quand je suis seul.

10. L’Effronté t’offre l’apéro, qu’est ce que je te sers ?

Antoine Tichit : Un Ricard par exemple. Je m’adapte assez bien.

 

Passons maintenant aux questions XX.3, les questions qui sortent des conventions… Ne cherchez pas à comprendre pourquoi nous posons spécifiquement ces questions puisqu’elles nous passent simplement par la tête au moment ou nous écrivons ces lignes.

 

01. Vous aussi vous simulez comme les joueurs de foot quand vous vous blessez ?

Antoine Tichit : On n’a pas le temps, le jeu ne s’arrête pas quand il y a un joueur au sol. Je ne veux pas handicaper l’équipe.

02. C’est vrai que les rugbymen sont des aspirateurs à gonzesse ?

Antoine Tichit : (Il rigole) C’est une image qu’on traine comme un fardeau.

03. Tu répondrais quoi à tous ceux qui pensent que les rugbymen ont choisi entre les muscles et le cerveau ?

Antoine Tichit : Que le rugby est un sport bien plus intellectuel que ce qu’ils ne pourraient imaginer. Il faut être en éveil permanent.

 

Cet entretien est maintenant terminé. Nous remercions Antoine Tichit pour le temps qu’il a consenti à accorder à des jeunes effrontés de notre genre. Nous mettons en avant ces femmes et ces hommes qui cherchent à vaincre la morosité ambiante en apportant leur talent, leur compétence et aussi ce petit grain de folie.

 

3,268 total views, 2 views today

Related Posts