TGIF – Thank God It’s Friday | Aïe Phone

by • Sep 11, 2015 • T.G.I.F.Comments (0)2058

Hello,

Une fois n’est pas coutume même si c’est la deuxième semaine consécutive, c’est à bord du TGV Lyon/Paris, voiture 1, place 41, salle basse, solo, que je me saisis du dernier vestige de ma splendeur passée : mon Mac Book Pro.

Loin de moi l’idée de vouloir offrir une publicité gratuite à Apple, d’autant qu’ils n’ont sûrement pas attendu la création de ce site tenu par des ados attardés pour faire du placement produit, mais force est d’admettre que la marque à la pomme a tout de même lancé le meilleur téléphone de l’histoire.

A vrai dire je ne m’en étais jamais rendu compte jusqu’à ce matin.

Vendredi soir, même si les gros cons diront avec la même fierté que s’ils avaient découvert que la Terre était ronde « Non c’était après minuit donc on était déjà samedi », feu mon téléphone a voulu jouer au Grand Bleu en oubliant de mettre sa combinaison. En clair, j’étais nuitamment en train de causer boutique avec un ami à proximité d’une piscine lorsque des rigolos ont cru bon de me foutre à la flotte. Non seulement je déteste qu’on me pousse dans l’eau, mais surtout je n’ai pas suffisamment de réflêxe pour avoir le temps de jeter mon verre, mettre ma main dans la poche de mon jean, attraper le téléphone, lever le bras au ciel et sauver ledit smartphone façon Mitch Buccanon sauvant un enfant paraplégique des eaux déchainées du Pacifique, le tout en moins de 2 secondes.

Après avoir hurlé à la mort, fait la danse de la pluie, réclamé une participation globale de tous les invités de la soirée et menacé d’une grève de la faim, j’ai décidé de redevenir raisonnable et d’écouter les conseils avisés de tous mes petits amis qui, après m’avoir assuré ne pas être responsables de la tragédie qui venait de se jouer, avec d’ailleurs des arguments très convaincants « Moi j’étais en train de me refaire un Spritz », « J’étais dos à la scène, j’ai juste entendu plouf » ou même « j’étais en haut en train de caresser le chien », m’ont tous raconté une anecdote « rassurante » au sujet des téléphones noyés.

– Mets le toute une nuit dans du riz !

– Mais non, faut le mettre dans du sel…

– Pas du tout ça sert à rien, moi j’ai un pote, son téléphone est resté 2 minutes dans l’eau, un coup de sèche cheveux et c’était réglé !

– Ouais enfin dans tous les cas il va remarcher ton téléphone, c’est sûr !

Mais oui c’est sûr, tu le fous dans du riz jusqu’à ce que tu rentres, à l’hôtel tu le passes 10 secondes au sèche-cheveux, demain au réveil tu l’allumes et ce sera bon.

Bien sûr, il y’avait quand même l’oiseau de mauvaise augure, celui qui décide de dire l’évidence coûte que coûte et qui préfère éviter les fausses joies.

– Sans déconner il est mort ton téléphone. Il a passé 10 secondes dans une piscine, à l’intérieur c’est tout oxydé… J’espère juste que t’es assuré !

Même si ce mec là est le seul à ne pas dire de conneries, qu’il aille se faire enculer et en avant pour le riz, le sèche cheveux et même un bain de lait d’ânesse s’il le faut !

Bête, discipliné, et surtout motivé par la perspective de retrouver mon précieux, j’ai donc appliqué tous les conseils de mes condisciples à la lettre. Lorsque le lendemain il a fait un petit « bzzz » pendant une demi seconde avant de s’éteindre à tout jamais, j’ai compris qu’il aurait fallu attendre un peu plus avant de le rallumer…

– Ah bah oui, il faut attendre au moins 48H !!! Là tu l’as mis sous tension et tu as provoqué un court-circuit c’est inévitable. Tu peux le balancer ton portable..

Quelle idée j’ai eu d’écouter les conseils d’une armée de mecs plein cadres moi aussi…?!

L’avantage des week-ends entre potes c’est qu’il y’a un suivi et un debrief immédiat. Grâce à mon histoire de portable, j’étais au centre de toutes les attentions. Qu’on soit clair, quand il s’agit d’une petite attrapée la veille j’adore ça, quand je dois rabacher mon histoire de portable ça me gonfle, surtout quand chaque personne qui arrive au brunch du lendemain commence par dire :

– Alors ton téléphone ? Il a remarché ?

– Bah non… mort !

– Si t’es assuré faut surtout pas leur dire que tu as fait ça dans un endroit privé. Dans la rue hein ? Uniquement dans la rue !

– Ah bon, merci du conseil.

Deux Ricard plus tard, un nouveau pote qui se pointe.

Putain et ton iPhone ? Ca a marché le coup du riz ?

– Que dalle…

– Pour l’assurance faut que tu dises que tu étais chez des potes et qu’on t’a poussé dans la piscine, c’est le seul moyen…

– Ah bon ? Mais je croyais qu’il fallait pas dire que ça s’était passé dans une maison ?!

– Non non fais moi confiance…

Les opérateurs téléphoniques étant tout de même les spécialistes pour nous assurer contre tout sauf contre la véritable raison de nos emmerdements, j’ai fini par me demander si j’allais vraiment pouvoir être remboursé. Un débat a alors eu lieu, certains avançant que je pouvais faire jouer ma RC pro, d’autres qu’il s’agissait de l’assurance habitation, là aussi en citant constamment des exemples de potes qui avait même réussi à gagner de l’argent dans l’opération.

Bref, me voici donc dans ce TGV avec un putain de Samsung ancestral qui n’a même pas le mérite d’avoir le Snake, durement obtenu après 1H30 de queue chez Bouygues en guise de lundi matin, additionnée à ma petite demi-heure passée à la Poste pour renvoyer le téléphone plongeur à l’assurance histoire qu’ils s’amusent à tenter de le rallumer, à constater qu’il ne se rallume pas, à m’appeler pour se la jouer Docteur Shepperd en m’annonçant sur un ton dramatique que malgré tous leurs efforts la petite pomme est bel et bien tombée de son arbre, puis, alleluïa, me renvoyer un iPhone 6 tout neuf et gratos !

Ceci dit je me plains mais j’ai pas eu bien le temps de m’attacher, l’appareil ayant une semaine au moment du drame. Si on peut considérer que le précédent est mort de sa belle mort après 2 ans de bons et loyaux services, celui-ci a clairement gonflé les stats de la mortalité infantile.

Le pire dans tout ça c’est l’impact que ces merdes ont sur notre vie quotidienne. Etant particulièrement accroc, je me suis réveillé quasi toutes les heures de la nuit de vendredi à samedi pour checker si mon téléphone s’était rallumé et j’étais à deux doigts de remonter à Lyon dès le samedi matin pour aller à l’Apple Store me racheter immédiatement le prolongement de mon bras droit.

Pourtant, aujourd’hui, toujours confortablement assis depuis mon siège particulièrement moelleux du TGV n°6638, je contemple les magnifiques paysages de la campagne bourguignonne dont les collines léchées par le coucher de soleil me rappellent l’affiche du Roi Lion. Alors que je vois un paysan tranquillement en train de récolter son bordel le cul posé sur son tracteur, je me dis que le plus con des deux n’est pas du bon côté de la vitre…

TGIF les copains !

3,345 total views, 1 views today

Related Posts