Valentin-Grey

TGIF – Thank God It’s Friday | Valentin Grey

by • Feb 13, 2015 • T.G.I.F.Comments (0)2078

Coucou… tu veux voir ma bite ?

Excusez-moi.

Nous y voilà, veille de cette fête à la con qu’est la Saint Valentin où la niaiserie et la beauferie sont de sortie. L’épineuse dans sa chronique du lundi suggérait de gâter sa meuf pour cette journée. Admettons…

Afin d’écrire ces quelques lignes dans des conditions optimales d’amour, d’empathie, de mièvrerie et même d’envie de cul avec tendresse, me voici sur mon bureau, sortie de resto avec les mains pleines de crème qui sent clairement la gonzesse, Morcheeba dans les oreilles, prêt à épouser cette page encore blanche et à la noircir avec de l’encre à la testostérone.

Depuis quelques jours déjà on se coltine les mêmes blagues et jeux de mots pipés que les autres années autour de la Saint Valentin, à grands coups de “Moi cette année c’est la Sans Valentin hihihi” ou ce statut Facebook qui devrait être sanctionné par de la prison ferme “Si à la Saint Valentin elle me tient la main, vivement la Sainte Marguerite…”. Fermez vos gueules. Le seul qui m’a fait marrer était en gros celui là “En février il y’a deux fêtes. A la chandeleur on fait sauter les crêpes, à la Saint-Valentin… voilà voilà.”

Quand je suis en couple pendant cette fête je me tâte systématiquement entre ce que je dois faire et ce qu’il faut faire, sans parler de ce que je veux vraiment faire. Système de questionnement qui ressemble à peu près à ça:

– Si j’offre un truc je passe pour un niais ?

– Si j’offre rien je passe pour quoi ?

– Je fais quand même péter un petit resto pour marquer le coup ?

– Je fais le coup du dîner à la maison tous les deux en argumentant qu’on n’est pas des ploucs mais que tout de même la St Valentin faut la faire en tête à tête ?

Généralement je commence à ouvrir le parapluie dès le 1er février. Une petite phrase bien placée du genre “Déjà le mois de février, putain de Saint-Valentin dans 2 semaines… je crois que j’aime encore moins cette fête que noël”. 

Généralement je choisis plutôt bien mes copines. Il est assez rare que je tombe sur des acharnées de la Saint-Valentin, des cupidons et des pétales de rose en forme de coeur sur le lit. Toutefois, même si les bougresses se défendent d’avoir des coeurs tendres et de faire des cacas papillons, elles font évidemment la gueule si on ne fait effectivement que dalle le 14 février. Du coup dans le doute, j’offre toujours un cadeau con. Du style “tiens en allant acheter mes clopes j’ai trouvé ce briquet avec un coeur. Ca te fait un cadeau de Saint-Valentin et ça t’évitera de me piquer systématiquement mon feu”.

En clair: cadeau qui n’en est pas un, donc j’ai fais un geste sans tomber dans la niaiserie, en plus cadeau utile genre comme ça tu ne me feras plus chier à me piquer mes affaires. On sauve les apparences, notre copine nous fout la paix pour la soirée, et en plus ça donne un petit côté mignon mais détaché. CQFD.

Je vais être franc mais pour moi la Saint Valentin est un truc de gros plouc. Je suis désolé pour cet avis très tranché et sans doute très snob, mais les petits coeurs de partout et les bouclards remplis par le José du coin qui a mis ses bons souliers pour sortir Germaine au restaurant, moi ça me fout le plomb.

Toutefois, cette année, il se pourrait bien que ça change. Déjà que pour les célibataires la Saint Valentin est le soir idéal pour sortir choper de la laissée pour compte chaude comme une baraque à frites un jour de kermès, voilà que les studios hollywoodiens nous ont filé un coup de main quasi divin et surtout inattendu: un porno sur grand écran destiné à un public familial.

Pour pimenter cette fête de la soupe de langues et du regard mielleux, le fameux livre “50 nuances de Grey”, qu’il s’agit de prononcer “fifty shades of Grey” si vous ne voulez pas passer pour un empoté, a été adapté au cinéma. Pour ceux qui auraient hiberné pendant plusieurs mois ou qui auraient vécu dans une contrée très très lointaine, le livre à l’origine du film est clairement un boulard pour pucelles en manque d’imagination, pour vieilles peaux en manque de souvenirs, pour trentenaires mal baisées et pour tout le reste de la population qui clairement se fait chier.

Fort de son succès hallucinant (je vous laisse chercher le nombre d’exemplaires vendus), Universal a flairé la bonne affaire en l’adaptant donc en film et en le sortant la semaine de la Saint Valentin. Qu’on se le dise, je ne suis pas très romantique. C’est pas pour autant que je trouve l’idée d’un porno “soft” du meilleur goût pour une soirée de Saint-Valentin. Et pourtant les chiffres sont formels: ce sera le cadeau le plus offert samedi…

Remarquez ça va plutôt avec l’air du temps. Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai pu dire le mois dernier dans mon article intitulé “toutes des salopes”, mais un lointain plan de mes grandes heures parisiennes m’a envoyé un sms hier pour me réclamer un bouquet de fleurs samedi. Refusant catégoriquement, celle-ci m’a répondu “Ok, alors une paire de menottes et tes mains dedans”. Moi qui croyais que ce film rendrait les filles soumises, il faut croire que certaines ont regardé de travers.

Mercredi, date de sortie du film, nous avions tous pu voir sur les réseaux sociaux quelques groupes de copines se “taguer” dans un cinéma, mettant des petits mots du style “Christian Grey…” avec des coeurs, ou encore des “chaleur…” avec un petit smiley clin d’oeil. Le porno entre copines, est ce que finalement ce ne serait pas ça la parité ultime entre les sexes ?

Et alors je vous raconte pas l’après. Ayant quand même quelques gonzesses bien marrantes dans mes contacts, j’ai demandé qui était allée au ciné voir le fameux chef d’oeuvre ? Après plusieurs réponses du style “j’ai la culotte trempée depuis 48H” ou encore “je rêve de me faire bloquer contre un ascenseur” j’ai compris quelque chose qui m’a troublé.

M’étant fait la réflexion mercredi que ce serait pas si con de faire la sortie des cinés à la recherches de filles complètement retournées, cette fois ci au sens figuré, enfin de faire l’énorme crevard en somme, j’ai finalement compris que l’excitation et l’atmosphère du film rendaient le corps d’un homme normal parfaitement débandant et le simple rapport sexuel classique entre deux adultes consentants d’une ringardise absolue.

Bon, de toutes les façons me concernant la Saint-Valentin ne me coûtera pas cher cette année. Et puis alors quitte à vraiment se tirer une balle dans le pied, je passe ce week-end a priori placé sous le signe de l’amour à la montagne avec 4 couples dans un chalet. C’est donc à moi que revient l’immense honneur de dormir dans la petite chambre avec le lit superposé et qui vais passer deux jours à voir des couples mariés ou presque, main dans la main, ayant depuis longtemps aliéné le “je” par “nous”, parlant de projets, de bébés, de recherche d’appartement conjugal et de “on part au Maroc” “on n’a pas aimé ce resto” “on voudrait faire ci” “on adore faire ça” et à me regarder comme un attardé mental parce que ça m’amuse encore de rouler des pelles en boite de nuit et de textoter des petits tapins.

En fait il est pas con ce statut Facebook, vivement la Sainte Marguerite…

TGIF les copains !!!

4,082 total views, 2 views today

Related Posts