TGIF – THANKS GOD IT’S FRIDAY | 18 Juillet 2014

by • Jul 18, 2014 • T.G.I.F.Comments (0)1807

Amis lecteurs bonjour,

Place à l’été, le vrai ! La coupe du monde est maintenant terminée, le fameux week-end du 14 juillet dont nous parlions la semaine dernière est derrière nous et le Tour de France en est à sa moitié. En parlant de Tour de France, je viens de voir que l’étape d’aujourd’hui jeudi (hier pour vous du coup) reliait Bourg en Bresse à Saint-Etienne. Cette information confirme ipso facto le fait que tous ces charmants cyclistes en shorts moulants sont chargés comme des mulets. Une personne saine de corps et d’esprit n’aurait jamais cherché à se battre pour arriver le plus vite possible à Saint-Etienne.

Nous le disions, nous avons sauté de nouveau à pieds joints dans le coeur de l’été, bleu et torride, promesse de nuits courtes, de retrouvailles avec les copains, de vacances prochaines, de grosses chaleurs et de “après le 14 juillet c’est super calme au boulot, je peux me permettre de boire un verre ce soir, de me faire un petit tennis en fin de journée et de partir du bureau plus tôt.

Cette période bénie des dieux, mêlant copains, concerts, apéros, sport et piscine ne dure que pendant ces 2 ou 3 semaines avant le grand départ. D’ici 3 semaines à peine les grandes villes ressembleront au désert de Gobi, triste et aride, sans même de quoi se restaurer puisque toutes les boulangeries, boucheries et supérettes auront affiché sur leur devanture le fameux “congés annuels, réouverture le 21 Août. Bonnes vacances à tous.” Si vous êtes chanceux, votre commerçant aura écrit ça au feutre sur une photo d’un surfeur imprimé sur Google Images.

Courage à ceux qui bossent dans des services administratifs où les “Dis donc mais qu’est ce qu’il fait chaud aujourd’hui” doivent ponctuer chaque fin de phrase. N’hésitez pas à mordre, dans ce cas précis le code du travail le tolère.

Bon d’un côté je m’en tape, je me tire aussi !

Plages, soirées, apéros, petit blanc au marché avec une douzaine d’huitres, tout ce que j’aime dans les vacances m’attendent sous peu. Alors pourquoi ne pas glander un petit moment et attendre tranquillement que ça passe jusqu’à début Août ? Parce que je déménage putain…

Concrètement, si la vie est une tartine de merde et qu’il faut en bouffer un peu tous les matins, le déménagement nous fait entrée/plat/dessert/un digeo/l’addition.

L’enfer commence déjà en amont, quand il faut se taper les centaines d’annonces sur Internet, où comme tout le monde on cherche le grand salon avec cuisine US, salle de bain avec douche à l’italienne, un parquet de malade avec cheminée en marbre et une piaule type suite royale du Martinez. Encore que, chacun a le droit d’avoir ce genre d’exigences, si tant est que chercher un appartement comme ça avec un budget à peine suffisant pour s’offrir un chiotte pour pygmée ça devient limite.

Vous avez fait votre choix, une espèce de short-list de 5 ou 6 appartements que vous vous rendez donc visiter avec enthousiasme, à 7H du matin ou du soir, enfin à un moment de la journée où vous dormez debout et où les argumentaires de la petite boutonneuse en job d’été dans l’agence immo vous passent au dessus du cigare en mode king size.

Les appartements sur Logicimmo.fr ou autres sont un peu comme les gonzesses sur Tinder. 90% sont à éliminer, et dans les 10% qui restent une grosse moitié est en fait simplement super photogénique.

Après avoir visité des machins immondes où la salle de bain est plus crade que votre douche d’internat, des cuisines pas refaites depuis 1970 et/ou des carrelages en tomettes oranges qui se font la malle, vous allez enfin trouver l’appartement qui vous plait, peut-être pas de vos rêves mais juste celui qui correspond à votre budget, à votre goût et dans un quartier qui vous attire !

Vous vous direz “Putain je le veux trop“, la fille de l’agence vous répondra “faites un dossier, il vous faut remplir ces 9 feuilles A4 recto/verso et nous ramener ces 89 documents signés“.

Concrètement, je n’étais passé par des agences qu’à l’étranger et une nouvelle fois je constate que le système français est dopé à la paperasse administrative, gangrené par la frilosité et la prudence extrême. S’il est évident qu’il vaut mieux se prémunir des éventuels aléas et s’assurer en amont que votre client n’est pas un cinglé et surtout qu’il a les moyens d’acheter ce que vous souhaitez lui vendre, il n’est pas non plus nécessaire de se la jouer petite bite.

Bon, j’en rajoute évidemment, mais voici tout de même la conclusion des échanges avec l’agence, en gros:

Ah bah dis donc, jeune entrepreneur et mère prof à la retraite on va devoir bien vendre votre dossier au propriétaire c’est moi qui vous le dis !

Clairement, là on aura compris que votre dossier sera suivi de très près par une étude d’huissier de justice et que pour l’agence vous êtes un chômeur en puissance, en plus d’être le fils d’une faignasse désargentée.

Vous allez donc montrer patte blanche, prouvé que vous avez une grand-mère qui a un livret A en cas de besoin et que votre grand oncle vous a couché sur son assurance vie, et finirez donc par voir votre dossier accepté.

En raccrochant, vous aurez envie de crier un grand “Houra“, d’appeler votre mère, votre meilleur ami et même votre marraine pour leur annoncer votre victoire d’étape. Enthousiasme délirant qui sera d’une durée vraisemblablement très très courte en réalisant deux ou trois petites conneries.

Tu m’as dit que le loyer était de combien ?

600€/mois. Bon c’est un tout petit plus que mon budget, mais comme l’appartement était bien…

Ah ok, et t’as combien de frais d’agence, de caution et de frais de bail ?

Euh… merde, j’avais complètement zappé ça.

Ah ouais ? bah à ta place je regarderai un peu ça va te calmer.”

Réalisant qu’en fait votre budget vacances déjà pas bien épais venait carrément de passer négatif, espérant du coup réussir à vivre sur place de votre pêche et de votre chasse, vous allez également commencer à penser au jour J, celui que vous attendez depuis des semaines: le déménagement !

Premier constat: c’est hallucinant le nombre de merdes qu’on peut entasser dans 70 mètres carrés.

Deuxième constat: une machine à laver, pourquoi c’est si lourd ???

Troisième constat: Tiens je croyais que lui c’était un bon pote mais il est pas venu.

Quatrième constat: Tiens lui j’ai toujours cru que c’était un gros con, finalement pas tant que ça…

Avec toujours la même question que votre mère va vous poser toute la journée, elle qui est présente pour suivre les opérations en mode inspecteur des travaux finis. (même si après elle va bien vous aider à ranger votre appartement, et ça ça n’a pas de prix):

– Tu crois que ça va rentrer dans l’ascenseur?

Une foi tout rangé, mis dans des cartons, porté, transporté, installé, rangé dans le nouvel appartement, effectué les encore une fois nombreuses démarches administratives avec EDF, votre opérateur mobil, votre box, le gaz, la Poste… vous pourrez enfin commencer à reprendre une vie normale dans la joie et la bonne humeur !

Et les vacances vont pouvoir commencer tranquillement…

TGIF les amis, profitez bien de ce week-end très très chaud qui s’annonce, et bonnes vacances aux juilletistes, sale race qui vient pourrir les plages avec son pizz-buin qui pue et ses gamins mal élevés !

1,159 total views, 2 views today

Related Posts