Rio a répondu

by • Nov 20, 2013 • BuzzComments (0)942

Qu’on se le dise tout de suite: ce matin je bande !

Lors de mon petit mot doux à l’encontre des bleus de samedi matin, je manifestais comme tout le monde un peu d’aigreur.

Aigreur parce qu’ils avaient franchement pas joué, que Nasri était arrivé sourire aux becs sur le terrain, muni de se bite et de son couteau, en se disant que ce serait largement suffisant pour faire la nique aux pouilleux des pays de l’est.

Ouais sauf que voilà, les autres ont joué comme des morts de faim et… on connait l’histoire.

Hier, la France entière a pu oublier le chômage, la crise et même le tireur “fou” de Paris. Les aficionados de BFM TV ont même eu droit au footing, à la sieste et enfin au cul de bus durant tout le trajet qui séparait Enghien du Stade de France. Un moment télévisuel d’une intensité inoubliable, j’espère qu’aucun d’entre vous n’a raté un tel chef d’oeuvre.

Les analyses allaient bon train, oscillant entre optimisme, pessimisme et fatalisme, sans pour autant que quiconque se mouille. Pierre Ménès sentait le coup arriver, Pascal Praud parlait d’état d’esprit à avoir. Même Jean-Marc Ayrault y’est allé de son petit commentaire, expliquant qu’il ne fallait jamais enterrer une équipe avant la fin du match. Récupération politique a peine cachée alors qu’il venait de se faire huer par le congrès annuel des maires de France. Mais il est vrai que cette équipe est capable de tout…

Afin de crédibiliser ma bonne parole, voici ce que j’écrivais samedi matin, pourtant sous le coup de la colère et de la frustration:

Même si mon patriotisme sans faille, ma passion pour le foot et mon esprit sportif qui me dit « tant que l’arbitre n’a pas sifflé la fin du math, on peut encore gagner, force est de constater que ça va être tendax mardi au SDF pour remonter la pente Marquer trois buts à l’Ukraine, mardi, n’a rien d’impossible. Ces Bleus-là se voient offrir une chance inespérée, celle d’accomplir un exploit que personne ne pourra leur contester. S’ils échouent, leur absence de la Coupe du monde constituerait une souffrance bien minime en regard de la vindicte qu’elle déclencherait. Tricolores, ayez pitié de nous. Épargnez-nous le mercredi des Cassandre.

Alors ? C’est qui le patron bordel ??? C’est qui le patron ?

– C’est toi Buzz !

Oh oui crie mon nom !!!!!

BREF ! Hier soir les Bleus nous ont fait plaisir. On va pas demander à Benzema et Ribery de chanter la Marseillaise, ce serait trop beau, mais le reste de l’équipe l’entonnait avec ferveur, rappelant nos rugbymen, nos basketeurs, nos tennismen, nos handballeurs… enfin tout le monde en fait.

Envie, détermination, collectif, solidarité… on nous en a mis plein la tronche depuis 4 jours sur toutes les chaines de télé. Néanmoins, force est de constater que cette équipe jouait à 11, présent sur tous les ballons, offrant des solutions à chaque instant, essayant d’avancer vers le but et finir par réaliser un des plus beaux exploits du foot français. Un de ses exploits qui marquent et qui, logiquement, doivent créer une vraie équipe.

En plus, j’ai une admiration franche et sans retenue pour Didier Deschamps, meneur d’homme et compétiteur hors pair. Capitaine du FC Nantes à 17 ans, de l’OM champion d’Europe, de la Juve meilleure équipe du monde, de la France de 1998 et de 2000, entraîneur de l’AS Monaco finaliste de la C1 en 2004… c’est bien lui le meilleur !

J’ai kiffé et dans le contexte actuel, c’est déjà pas mal !

Maintenant place au Brésil pays du football, mais aussi des favelas, de la samba, des travelos et des plumes dans le fion. L’équipe de France arrivera là-bas dans un rôle d’outsider en attendant le tirage au sort qui aura lieu début décembre. Sur ce qu’on a vu hier soir et en jugeant le talent brut de chacun des 22 joueurs sélectionnés pour ce barrage, nos Bleus peuvent prétendre à une place en Quart ou en Demi. Ce serait pas mal et ça remettrait le facteur sur le vélo.

Enfin j’ai comme l’impression que ce n’était qu’un doux rêve puisqu’une heure à peine après le match on nous reparlait de la France Black Blanc Beur, comparant Sakho à Thuram et se demandant si OB-JECT-IVE-MENT, Ribery n’était pas le nouveau Zidane.

J’ai coupé la télé, mis le carton à pizza dans la poubelle, une claque sur les boules et au lit.

 

1,475 total views, 2 views today

Related Posts