JULIEN DUPONT x INTERVIEW 10.3-moto-trial-ride-the-world-effronte

JULIEN DUPONT x INTERVIEW 10.3 by les Effrontés.

by • Sep 25, 2014 • InterviewComments (1)9190

Le principe de l’interview 10.3 by les effrontés c’est 23 questions et pas une de plus ! Le concept «10.3» est simple: on pose 23 questions dont 10 un brin formelles, 10 plus personnelles en terminant par 3 questions complètement hors contexte qui nous passent par la tête sur le moment.

Ayant la ferme volonté de rapprocher le lecteur de la personne interrogée, et parce que nous sommes tout de même effrontés, ne cherchez pas de signes de vouvoiement dans nos interviews, puisque cette formule de langage s’efforce de construire une barrière entre les deux partis.

Presentation.

À 29 ans, Julien Dupont est peut-être bien en train de réussir la figure qui paraissait, pour lui, la plus compliquée : il s’assagit ! Le Lyonnais l’avoue avec un petit quelque chose dans la voix qui tient de la fierté. Il intègre progressivement à son vocabulaire des mots étranges : raison, organisation, gestion, nutrition. C’est bien la moto qui accapare son attention. Son énergie. Puis sa vie. Julien, qui reconnaît avoir préféré apprendre à l’école de la vie plutôt qu’apprendre la vie à l’école, amorce rapidement sa sortie de route scolaire pour mieux emprunter en solo les chemins pierreux de la périphérie de Lyon. Il s’essaie au trial en compétition, roule en championnat d’Europe et du Monde, puis finit par renoncer, l’hygiène de vie requise par le sport de haut niveau ne correspondant pas tout à fait avec ses dérapages d’adolescent…

Parce que, tout compte fait, l’innovation est bien son moteur, Julien remet son talent au service de ses ambitions, commence le street, assure un premier tournage qui éclabousse youtube de sa splendeur. La vidéo est sacrée 4e meilleure vidéo de sport de l’année aux Youtube awards. Alors Julien crée. Invente. Use de l’accélérateur comme d’autres jouent du pinceau. Réussit, tour à tour, une foule de tricks empruntés au BMX. Julien Dupont rentre dans une nouvelle ère qui va le porter loin… Très loin !

Interview.

Avant d’entamer cette interview, peux-tu te présenter brièvement aux lecteurs de l’Effronté en nous parlant un peu de toi, de ton background et de ton parcours ?

Julien Dupont : Il y a quasiment tout dans la partie présentation…

01. Tu es le premier pro-rider à avoir rentré un backflip en moto trial, qu’est ce que tu t’es dit juste avant de mettre le coup de gaz pour te lancer ?

Julien Dupont : À l’époque nous n’avions pas tous les moyens que nous avons aujourd’hui, les bacs à mousse ou «Airbag» n’existaient pas. Je me suis juste dis que j’allais réussir ce tricks et ça a fonctionné, tout simplement. Le pouvoir de l’esprit est fascinant !

02. On voudrait en savoir plus sur ton quotidien, comment se déroule une journée type pour Julien Dupont ?

Julien Dupont : Lorsque je n’ai pas mon fils avec moi, je me lève vers 8H30. C’est une bonne heure pour se réveiller, ce n’est pas trop violent ! Ensuite, soit mon coach vient pour ma séance de renforcement musculaire, sinon je traite mes mails. L’après midi, soit je roule en trial ou en Harley (Harley-Davidson) pour mon plaisir personnel. A vrai dire, je n’ai pas vraiment de planning, rien de bien fixe, j’enchaine mes semaines au rythme des demandes. Parfois je suis à Munich pour un shooting photo avec BMW et le lendemain je suis au bord de la mer pour un repérage. Mes semaines et mois ne se ressemblent pas.

03. On imagine que tu as du te faire deux ou trois frayeurs durant ces années, quel est ton plus mauvais souvenir ?

Julien Dupont : Lorsque je me suis fait une double fracture aux vertèbres L1-L2 ! Je ne sentais plus mes jambes… J’ai vraiment cru que je ne pourrai plus jamais marcher. J’ai eu très peur.

04. Quel serait ton Top 3 des plus beaux tricks que tu as réalisés jusqu’à présent ? En nous décrivant où cela s’est passé et dans quelles circonstances.

Julien Dupont : Je dirais le « backflip » que j’ai rentré à Lyon, après tant de travail et de crashs. Personne ne le faisait en Europe et je n’avais donc aucun exemple ou de mode d’emploi. Ensuite le 360° à Paris Bercy. Là encore j’avais préparé la figure mais je n’avais jamais réussi à la plaquer. Le soir de l’événement, avec l’adrénaline, le public j’ai débranché et me suis mis dans un cosmos… C’est comme si le temps s’était arrêté et puis je l’ai rentré, c’était complétement fou ! En troisième je dirais un énorme « step down » (un saut en descente) dans un barrage près de Cannes. J’ai plongé depuis le haut du barrage dans une cuve en bêton de retenue d’eau 20 mètres plus bas. J’ai prié longtemps avant de me lancer.

05. À partir de quel moment as-tu senti que ta « carrière » décollait ?

Julien Dupont : J’ai senti que ma carrière commençait à décoller juste après avoir réalisé le « backflip » ! J’ai reçu des appels de pleins de promoteurs et d’organisations qui voulaient me faire venir rien que pour cette figure. J’ai cartonné pendant 2 ans juste avec ce backflip… Puis tout s’est effondré. Je pensais que cela ne s’arrêterait jamais mais comme toutes les figures, elle s’est démocratisée et j’ai dû me remettre en question. Trouver autre chose. Mon père avait une société de nettoyage et je travaillais de temps en temps avec lui. Lyon m’inspirait, son architecture me démangeait, il fallait que je vienne l’explorer avec ma moto. Je suis donc allé en ville pour me faire filmer en train de « rider » la ville… Nous avons alors diffusé la vidéo sur YouTube, qui en était alors à ses débuts, et la vidéo a tout simplement cartonnée ! 9 millions de vues en 2 mois et je signais mon premier vrai contrat de sponsoring avec Redbull après 18 années de moto.

06. En septembre 2013, tu as tourné dans « Expandables 3 » avec Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Randy Couture, Terry Crews, Arnold Schwarzenegger, Harrison Ford, Mel Gibson, Wesley Snipes et Antonio Banderas d’un coup. Comment t’es-tu retrouvé dans ce film et comment as-tu vécu l’expérience ?

Julien Dupont : Un ami avec qui j’ai travaillé pour Franco Dragone pour développer un spectacle est devenu agent artistique à Dubaï. Il m’a offert cette merveilleuse opportunité. C’est incroyable de tourner, en tant que cascadeur, son premier film pour une production Hollywoodienne. Le premier soir en arrivant en Bulgarie et plus précisément à Sofia, j’étais seul au bar de l’hôtel (pour ne pas dire un palace). Je me suis retourné une fois puis une deuxième pour confirmer ce que je venais de voir. Stallone était là, derrière moi, assis avec les producteurs en sirotant un whisky. C’était assez fou de prendre mon petit déjeuner à côté de lui ou de Wesley Snipes tous les matins. Les premières semaines sont super intéressantes mais au bout de 3 semaines les heures d’attentes deviennent de plus en plus longues. J’espère quand même participer à d’autres films prochainement !

07. Quel est ton plus beau souvenir en tant que rider de moto trial ? 

Julien Dupont : Moi ce qui me rend le plus heureux c’est de voir les gens sourirent. Se balader dans la Favela de Vidigal à Rio avec les enfants qui courent derrière la moto, c’est puissant ! Faire un show improvisé dans une rue de Manille avec les gens qui suivent le van sur des kilomètres. Donner quelques dollars à un sans-abri à Las Vegas pour qu’il couvre nos crimes urbains. Tous ces moments sont presque irréels. Jusque-là ma vie est un bon souvenir…

08. Quelles sont, selon ton expérience, les trois plus grandes qualités qu’un rider doit avoir pour percer dans ce milieu ? 

Julien Dupont : Rêver… Être têtu… Et ne pas avoir peur.

09. Tu as créé « Ride The World », peux-tu nous dire ce que c’est au juste ?

Julien Dupont : Au début «Ride the World» était une série de petits teasers (entre un court-métrage et une bande annonce) sur mes aventures. Aujourd’hui nous somme un véritable nouvel acteur sur le marché, «Ride the World» s’impose désormais sur de nombreux événements internationaux tel que le RedBull Air Race (Abu Dhabi), le FISE (Montpellier), le Formula 1 GP (Singapore, Malaisie), le Tignes Airwaves et pleins d’autres évènements encore. Fort de son succès, «Ride the World» se développe rapidement et se diversifie dans la production de films dans plusieurs pays notamment en Hongrie, au Brésil, au Mexique ou encore aux Etats Unis et ce grâce à un partenariat exclusif avec RedBull International.

«Ride the World» représente aujourd’hui l’alliance du sport extrême et de la culture pour bon nombre d’organismes souhaitant réaliser un évènement spectaculaire et unique. Le concept est simple : une structure originale, un show inégalable, un évènement inoubliable ! Nous rassemblons les meilleurs riders moto et vélo dans une organisation originale multi-disciplines, livrée clé en main et adaptée aux tricks les plus impressionnant ! «Ride the World» vous permet de profiter des disciplines deux roues les plus spectaculaires telles que le BMX, le VTT Street Trial et Sloapstyle, du Trial Moto Freestyle ou encore notre concept unique: la Moto Electrique Freestyle ! «Ride the World» présentera un show unique avec ces nouveaux types de motos sur la totalité du Championnat du Monde de Formula E.

10. Comment tu te vois après ta carrière de pro-rider ? Enfin si tu ne roules pas jusqu’à 80 piges…

Julien Dupont : Manager «Ride the World» et profiter de la vie.

La beauté d’une interview réside dans le fait de pouvoir s’engouffrer dans l’intimité de la personne sans pour autant en dévoiler ses secrets… Passons donc, maintenant, à des questions un chouïa plus personnelles. Nous devons préciser qu’elles se terminent toutes par et pourquoi ? La justification donne parfois du sens à la réponse. Au passage, pas besoin de te justifier sur la question numéro #10, ça ne s’explique pas…

 

01. Dans quelle ville rêverais-tu d’habituer ?

Julien Dupont : Barcelone ou San Francisco

02. Quelle est la personne, vivante ou disparu, que tu admires ou admirais le plus ?

Julien Dupont : Bruce Lee, ce mec était un vrai rebelle et un grand philosophe.

03. Quelle est ta plus grande peur ?

Julien Dupont : Le handicap, je me remets doucement d’une multiple fracture au talon et c’est dans ces moments que tu te rends compte à quel point nous avons de la chance d’avoir deux jambes, de respirer et de voir. On a tendance à se plaindre pour des choses qui n’ont guère d’importance.

04. Enfant, tu rêvais d’être ?

Julien Dupont : Pilote de moto

05. Si tu avais le pouvoir de changer une seule chose, quelle serait-elle ?

Julien Dupont : Je changerais mon processus de domestication comme dans les 4 accords Toltèques. Ne pas prendre les choses personnellement, avoir une parole impeccable, toujours faire de son mieux et ne jamais faire de supposition.

06. Si Dieu existe, qu’aimerais-tu, après ta mort, l’entendre te dire ?

Julien Dupont : Tu as été une bonne personne, tu mérites de choisir ta réincarnation J

07. Quelle est ton idée du bonheur?

Julien Dupont : Avoir une certaine liberté, un peu d’argent pour pouvoir profiter de cette liberté. Beaucoup d’amour !

08. Quel est ton motto/ta devise dans la vie ?

Julien Dupont : Je n’ai pas trop de référence ou de citation comme beaucoup peuvent en avoir pour se décomplexer sur les réseaux sociaux. Mais j’aime bien une phrase d’IAM « la patience est un arbre dont la racine est amer et le fruit doux ». 

09. Quel est ton passe-temps préféré ?

Julien Dupont : Être avec mon fils, ma copine et mes potes. 

10. L’Effronté t’offre l’apéro, qu’est ce que je te sers ?

Julien Dupont : Un Ricard !

 

Passons maintenant aux questions XX.3, les questions qui sortent des conventions… Ne cherchez pas à comprendre pourquoi nous posons spécifiquement ces questions puisqu’elles nous passent simplement par la tête au moment ou nous écrivons ces lignes.

 

01. Dieu ne te laisse qu’un seul et unique trick à réaliser, tu choisirais lequel ?

Julien Dupont : Le Frontflip ! Histoire de boucler la rotation dans les deux sens. 

02. Dans l’absolu, tu préfères perdre une main ou un pied ?

Julien Dupont : Une main

03. Quel serait ton rêve le plus fou ?

Julien Dupont : Un jour partir avec mon fils quand il sera grand pour traverser un continent à moto.

 

Cet entretien est maintenant terminé. Nous remercions Julien Dupont pour le temps qu’il a consenti à accorder à des jeunes effrontés de notre genre. Nous mettons en avant ces femmes et ces hommesqui cherchent à vaincre la morosité ambiante en apportant leur talent, leur compétence et aussi ce petit grain de folie.

 

6,634 total views, 1 views today

Related Posts