hipster-le-presque-portrait-de-la-semaine-effronte

L’épineuse | Hipster, le presque portrait de la semaine

by • Mar 09, 2015 • L'EpineuseComments (0)8527

Précautions d’usage : monsieur ce que tu vas lire ne va pas toujours te plaire, mais crois moi c’est pour ton bien.

It’s fucking monday. Ton épineuse rentre avec une certaine flemme de catégorie marseillaise de congés. Une semaine particulière pour un sujet tout aussi épineux, quelles sont ces créatures barbues qui envahissent nos rues ?  Hipster, le presque portrait de la semaine, en exclusivité pour toi.

C’est avec toute ma curiosité et mon implication légendaire que j’ai souhaité en aventurière étudier le Hipster 2015, comprendre ses motivations, ses pantalons trop courts ou pas assez longs. Le Hipster 2015 conserve sa barbe énigmatique à l’hygiène questionnable, si madame a bien souvent un penchant pour l’amour du mal rasé, il apparaîtrait chez notre Hipster que la sienne contienne tout autant de mystères que ce look façonné version Vintage.

Le Hipster serait décomplexé, cultivé et vous offre une certaine nonchalance désoeuvrante. Si à l’origine ce mot englobait intrinsèquement une ouverture d’esprit et un mode de vie singulier, le Hipster 2015 est décevant, il est devenu M O D E, il est un L O O K. Ces jeunes gens qui ont découvert que de ne plus se raser pouvait en impressionner certaines, dépensent aujourd’hui la moitié de leurs revenus afin de ressembler au 3/4 de leurs amis. Le Hipster 2015 est finalement une version décontractée de l’élégance parisienne mais a perdu l’environnement poétique qui collait à ses tatouages. Se démarquer à tout prix, voilà ce que l’on en retient, des couleurs qui ne vont pas ensemble, un sac à dos et un appareil photo tout aussi vintage (bien qu’il n’ait pas abandonné Facebook, Instagram et j’en passe) et un besoin incompréhensible de porter des lunettes ne corrigeant évidemment rien. Le Hipster 2015, lui qui souhaite tant briser les codes d’une société de consommation qu’il rejette est finalement un produit marketing comme tous les autres.

Vous pouvez tout à fait aimer boire, manger, baiser, lire et pratiquer le vélo sans pour autant passer vos journées intra-friperies. Ce temps perdu à la recherche finalement parfois uniquement d’une personnalité. Le véritable Hipster n’a finalement peut-être aucune barbe, assume sans doutes sa passion du shopping mais se révèle dans une manière de vivre qu’il ne calcule pas. Le Hipster c’est peut-être ce monsieur tout le monde sans look engagé mais qui transmet de véritables valeurs humaines autour de lui, loin des T-Shirts à tête de loups (aussi sympas soient-ils). Le Hipster n’a pas besoin d’aller dans les expos les plus improbables ou encore assister à des concerts que lui-même n’est pas sûr d’apprécier pour être bien dans ses baskets.

Un véritable Hipster n’est pas dans la représentation de lui-même, finalement il faudra lui parler et passer du temps avec lui pour pouvoir le qualifier et il n’appréciera pas le terme.

Le Hipster 2015 m’a finalement fait le même effet qu’un bon Wonderbra, si prometteur et finalement quelque peu mensonger. Quand la mode ne sera donc plus au Skinny Jeans et reviendra à l’apologie du mâle, les barbes s’effaceront peu à peu, les chaussures trouées seront jetées, le rayon shampoing retrouvera sa gloire d’antan et seuls les véritables Hipster demeureront, ceux que l’on ne reconnaît pas en un coup d’œil et qui n’ont jamais demandé a être appelé “H I P S T ER”.

Le Hipster est mort, vive le Hipster !

10,852 total views, 3 views today

Related Posts