L'emmerdeuse | 1 an ma gueule !

L’emmerdeuse | Alcool, Sexe et Drogues

by • Mar 12, 2014 • L'EmmerdeuseComments (0)2395

Avec un titre accrocheur comme ça, je suis sûre que je vais décrocher un audimat de maboule. Malheureusement pour vous, je ne vais pas traiter de ce genre de sujet, c’est con hein ! Je voyais déjà tous les tordus se ruer sur l’article, avides de détails croustillants sur ma vie privée, mon passé noir (oh je déconne) et mes fréquentations douteuses.

Néanmoins avec le soleil qui reflète sur la colline de Fourvière depuis bientôt une semaine, j’ai décidé pour une fois, et ce sera la seule de m’attarder sur les poules lyonnaises. Enfin celles que je côtoie tous les jours finalement. Il fait beau, on se peinture les ongles des panards, on ressort les compensés, on trémousse son petit boule de maboule sur les quais et on a sorti ses plus belles lunettes de soleil.

Les œstrogènes sont full de chez full, et elles attendent une seule chose, chopper du mâle. Mais oui, c’est le printemps, enfin bientôt, la saison des amours, le brame du cerf, la danse de séduction des minettes sur les tables en boîte de night.

Bon je suis mauvaise langue, je l’ai été dans ma jeunesse c’est vrai, mais quand je parle avec mes vieilles copines, on se dit quand même que ça commence de plus en plus tôt et ça nous met un sacré coup de vieux, en plus du coup dans le pif qu’on a avec le pinard.

Quand avec du recul je regarde mes zouz qui sont pour la plupart célibataires (promis je communique les numéros en fin d’article) elles ont un peu ce rituel de se mettre sur leur 31 chaque fois qu’on sort. Bon j’ai pas non plus une troupe à mes côtés. Je n’aime pas les filles, je suis pas féministe pour un sou, je trouve ça con une fille. Bah ouais, toujours des histoires, des potins, des trucs à redire ou à inventer.

Ces traits de caractère ont dû me coller à la peau assez longtemps, quand on vient d’une ville assez petite et assez con, forcément, on part avec un handicap dans la vie. En revanche, arrivée à Lyon, le sens de l’amitié et des valeurs et surtout des gens entiers, vous permettent d’évoluer et de devenir quelqu’un d’exceptionnel. Ahahaha. Oh ça va, j’ai le droit de me la racler un peu merde !

Pour en revenir à mes KEUPINES, j’en ai une dizaine et elles sont franchement géniales, ce qui est encore plus cool, c’est qu’en étant célibataires, elles me font passer des soirées de rêves et m’écrivent des textos qui peuvent valoir le prix Pulitzer je vous assure.

Je pourrais décomposer leurs soirées en trois temps. L’avant, le pendant et l’après. L’avant ce sont les textos interminables pour savoir comment se fringuer, quel collier mettre, les cibles potentielles à matcher, tout ça tout ça. Sans oublier le texto un quart avant le début de soirée « Meuf, ce soir on se la colle. »

Le pendant est assez banal, on picole, on a un rire de camionneur, les dents noircies par le pinard, et des selfies encore et toujours. Mais alors la pépite, c’est l’après. Oh de niiiiiiight, le lendemain matin mon téléphone surchauffe et là j’ai un réveil des plus cools. Des snapchat avec des garçons cachés, des textos gras, des messages vocaux alors que j’étais déjà sous la couette, avec des phrases incompréhensibles et des cris de guenon.

Tout ça pour dire que finalement avec les beaux jours qui reviennent, je les sens surexcitées et ça sent de belles soirées et des fous rires assurés. L’année universitaire étant bientôt terminée, toutes mes expatriées vont bientôt rentrer au bercail, et rejoindre celles qui n’ont toujours pas quitté notre magnifique ville (Allez l’OL et aux chiottes les stéphanois)

Alors à toutes mes blondinettes et mes petites brunes… Je vous aime PUTAIN !

1,639 total views, 1 views today

Related Posts