L'emmerdeuse | 1 an ma gueule !

L’emmerdeuse | Glamour un jour, glamour toujours

by • Feb 19, 2014 • L'EmmerdeuseComments (0)1374

J’ai bien failli passer l’arme à gauche en ce début de semaine, et ma chronique de ce Mercredi aurait été publiée à titre posthume avec tous les honneurs qui me reviennent. Néanmoins, emmerdeuse je suis et emmerdeuse je resterai, rassurez vous j’en ai sous le capot et je vais bien, enfin mieux.

Cela dit, je me suis faite rappeler à l’ordre ce matin par ce bon vieux macho qui écrit son TGIF tous les Vendredi et qui en plus me nargue quant à son nombre de vues, ce qui m’agace au plus haut point.

Et alors quand il me spame toutes les cinq secondes pour savoir si mon article est terminé, je le ferai moucher rouge comme il me dit souvent.  Ouais bah tu te calmes, t’es pas Anna Wintour non plus.

En revanche être malade ça a du bon, on peut assouvir nos désirs de donner des ordres à notre mec, mouhahaha (rire machiavélique), vous commencez par répéter trois fois « je suis malaaaaaade », vous mettez vos lunettes de vue, un bonnet, un jogging et vous vous plaignez comme si vous étiez entre la vie et la mort, frappée de 4 maladies incurables, mais pas forcément sexuellement transmissibles.

Bon après, en frôlant les 40 de fièvre dans la nuit, il est UN PEU obligé de vous croire. On dirait pas mais les mecs sont des vraies fiottes avec les maladies. D’autant qu’il a lui-même reconnu au réveil « Cette nuit tu t’es collée à moi, on aurait dit une bouillote !! » Il est même resté une matinée en home office afin de surveiller sa femelle, des fois que je tombe du lit sait-on jamais. Enfin après réflexion, je crois surtout que ça lui faisait un super alibi pour bosser tout en regardant les JO.. fumier va !

Le seul point négatif de cette sombre histoire, c’est que vous mesdemoiselles, en étant malade, on peut se dire que notre côté glamour s’envole en éclat. Finit les paillettes et le mascara et salut la boite de Kleenex, les yeux larmoyants et la goutte au nez. On peut dire que c’est un sacré tue l’amour, c’est un cap difficile à passer dans les débuts festifs du couple.

Pour ma part, je tiens absolument à envoyer la gomme dès que les médicaments font effet et sortir le grand jeu pour lui faire oublier un temps soit peu le nid à microbes que j’étais il y a encore peu.

Maintenant, en bonne garce que je suis, j’attends avec impatience, la prochaine gastro-entérite que Monsieur va chopper, et ce sera de bonne guerre croyez moi !

802 total views, 1 views today

Related Posts