Eminem | La Renaissance ?

by • Nov 06, 2013 • BuzzComments Off on Eminem | La Renaissance ?2308

Trois ans après son dernier album, le rappeur américain Eminem a publié mardi “The Marshall Mathers LP 2“, qui marque aussi le retour de la polémique qui l’accompagne depuis ses débuts autour des termes homophobes qui ponctuent parfois ses titres. On se demandait presque si plus célèbre des rappeurs blanc n’était pas enfermé à Guantanamo tellement il avait disparu de la scène internationale.

Le titre de ce nouvel Opus n’est pas vain. Si l’on ne se contente pas des références pour spécialistes ou insiders, le titre “Bad Guy” se veut être une suite de “Stan“, le titre “Parking Lot” prend la suite de “Criminal“… Une certaine forme de continuité entre l’Eminem d’avant le succès emphatique, les dépressions et les cures de désintox et cette recette du rappeur haineux envers le monde et soi-même, guignolesque et quasi maladif. “Bad Guy” n’est pas vraiment du niveau de “Stan” comme on pouvait l’attendre. Les plus puristes seront probablement déçus. Pourtant quelque chose à changé dans Marshall Mathers LP2 ! Malgré le présence des savants Rick Rubin et Dr Dre à la console (le docteur ne signant aucune composition et se contente simplement de superviser son poulain et d’arracher quelques royalties au passage), il manque à MMLP2 une direction plus racée, une vision plus détachée de son précédant album. Aujourd’hui superstar du rap, Eminem revient avec des codes maintream et des refrains commerciaux fredonnés par Rihanna, Skylar Grey et Nate Ruess.

Marshall Mathers LP est un excellent album de rap car sa tendance Pop, sur certain titre, tirait le rap dans des codes qui ne lui était pas familier, ce nouvel Opus (Marshall Mathers LP2) c’est plutôt l’Inverse : Duo avec des Hit-Makers actuel pour le cash, une visée grand public et un style bien trop brut sans réelle mélodie. Seul les vrais fans de Rap seront vraisemblablement conquis parce que son auteur est techniquement, textuellement, théâtralement, exemplaire. Eminem revient sur les devants de la scène semblant parcouru de remords, avec des comptes à régler, de reproches à faire et des fantômes à oublier.

Marshall Bruce Mathers III doit maintenant faire avec ses 41 ans et on peut dire que ça change un homme, un artiste. L’enfant déchainé est proche de devenir un Papy du Rap en marge de la nouvelle génération. Il est vrai qu’après une si longue absence, la critique peut sembler facile mais elle est surtout décuplée par l’attente. MMLP2 est ce disque de quarantenaire qui vient de comprendre que l’enfance est éternelle et que le temps bousille tout parce qu’il n’efface rien…

Eminem reste, en dépit, un lascar pouvant avoir un humour dégueulasse et des lyrics touchant puis de redevenir en un instant ce guignol à collant. Il le confit lui-même : “I’m the prime example of the power of rhyme falling into the wrong hands” (Je suis le meilleur exemple du pouvoir de la rime tombé entre les mauvaises mains).

L’album de trop ?

4,258 total views, 2 views today

Related Posts

Comments are closed.