LES EFFRONTES x INTERVIEW 10.3 by les Effrontés.

LES EFFRONTES x INTERVIEW 10.3 by les Effrontés.

by • Nov 17, 2014 • InterviewComments (2)4776

Le principe de l’interview 10.3 by les effrontés c’est 23 questions et pas une de plus ! Le concept «10.3» est simple: on pose 23 questions dont 10 un brin formelles, 10 plus personnelles en terminant par 3 questions complètement hors contexte qui nous passent par la tête sur le moment.

Ayant la ferme volonté de rapprocher le lecteur de la personne interrogée, et parce que nous sommes tout de même effrontés, ne cherchez pas de signes de vouvoiement dans nos interviews, puisque cette formule de langage s’efforce de construire une barrière entre les deux partis.

Présentation.

Pour notre premier anniversaire, nous autres effrontés avons décidé de proposer à nos lecteurs et internautes une interview un peu particulière. Un an après la mise en ligne de www.effronte.fr le 17 novembre 2013, les questions autour du site continuent de rythmer nos soirées entre amis. Afin de lever le voile sur la cuisine interne de ce site, nous avons décidé de compiler les questions qui nous sont régulièrement posées, et d’y répondre clairement. Dans notre style quoi…

Interview.

01. Comment définiriez-vous le concept de l’effronté ?

Buzz: Vaste question… L’effronté est un magazine online pour jeunes hommes citadins, aimant les bonnes choses de la vie, allant des belles femmes aux belles maisons, en passant par le sport et les bons mots !

Tim: L’effronté est aussi destiné aux filles averties… C’est un concept entre l’actualité, les tendances et les chroniques. On vous connectant vous tombez sur de jolies filles, des musiques et playlist ultra tendances, des interviews un brin décalées et des chroniques.

Phil: L’Effronté est un media qui est là pour divertir, et si possible informer. En gros on aime le fond, seulement quand il y a la forme. Aujourd’hui on zappe tous à vitesse 4G, l’idée est donc d’aborder les sujets que l’on aime et que l’on veut partager, en les soumettant de manière fun et digeste. Même si nous avons des convictions fortes, ne vous attendez donc pas à de grands articles reportages qui vont dans le fond des choses, on laisse ça à Slate et Courrier International. En revanche on fera l’effort de le digérer pour vous, et de vous en donner l’essentiel, avec des vidéos HD, et des gonzesses, parfois.

02. Vous soufflez votre première bougie, quel bilan tirez-vous de cette première année ?

Buzz: C’est pas mal pour le moment. On est parti à l’aventure sans trop savoir ce qu’on allait faire. L’idée était de mettre en avant les thèmes qui nous intéressaient et de les proposer sur la toile. Bon, franchement, je pensais pas qu’on durerait un an, parce que je m’imaginais que le projet allait s’essouffler, que nos boulots allaient nous prendre trop de temps pour s’occuper de ce site. Mais heureusement Kaïser Tim nous a porté et bien animé le bazar. Bilan donc très positif, et on a surtout envie que ça dure…

Tim: Un an déjà… Bordel ! On est parti d’une envie et d’une idée puis le temps est passé par là et le site s’est étoffé. Le bilan est très positif comme le précise Buzz mais il nous reste encore de belles heures de travail devant nous. Nous devons trouver de nouvelles idées, rassembler des graines de chroniqueurs et autres passionnés pour écrire l’histoire de l’effronté avec nous. On a eu des périodes de doutes… Mais toutes les aventures passent par cette étape !

Phil: Déjà je remarque qu’il est difficile de sortir la tête du guidon ! En y réfléchissant, je trouve qu’on a franchi plein d’étapes, de seuils, que cela soit coté technique pur avec la mise en place du site lui même, du développement du contenu avec les rubriques nées dans l’année et les nouveaux Effrontés qui ont rejoint l’aventure, ou sur le développement de notre « fan base » – à peine sponsorisé il faut le préciser ! – qui est hyper gratifiant à constater ! Que de belles choses à venir quoi !

03. C’est l’avenir qui compte, comment voyez-vous le site dans les 5 prochaines années ?

Buzz: Je vois un site bien plus large, capable de divertir, d’informer, de partager… enfin un site global pour les hommes. D’ailleurs quand je dis pour hommes, les données Analytics montrent que finalement les femmes se connectent aussi beaucoup sur notre site. Mais c’est parce qu’on est tous très beaux !

Tim: Je vois également un site bien plus large mais toujours assez qualitatif ! Le but n’est pas de devenir un MinuteBuzz ou SpiOn qui postent une photo ou une vidéo avec 3 lignes de texte. On sait que les internautes cherchent le Buzz mais on essaie d’apporter du contenu plus dense. Sinon, dans les 5 prochaines années on sera 10 chroniqueurs, 20 rédacteurs, 3 programmeurs et 3 graphistes et on aura des bureaux sur la 5ème Avenue ! Puis on développera une application iPhone/iPad, un magazine interactif pour iPad. Putain que c’est bon de rêver un peu !

Phil: Visitera-t-on encore des « site » dans 5 ans ? J’en doute… donc ma vision des choses – geek en chef du trio de base – serait plutôt sous forme d’app, visible sur votre smartphone, votre montre ou votre télé. Une « chaîne » au sens large, avec un contenu riche et interactif, tout en restant fun et engagé.

04. Vous avez des rôles bien définis ou c’est freestyle ?

Buzz: Alors à la base oui ! En fait moi j’étais le gogole qu’on est venu chercher après le début du projet très franchement. Les deux compères avaient eu l’idée du site, avait fait germer le bazar, et sont venus me chercher pour animer une rubrique « humoristique ». J’avais déjà fait un blog où j’écrivais des trucs à peu près similaires, toujours sur un ton décalé, et surtout ça faisait des années que je publiais sur Facebook une photo particulièrement cool le vendredi en la légendant par le fameux TGIF. Ces photos faisaient un peu le buzz dans mes contacts et les gens se sont mis à m’envoyer eux-mêmes leurs photos le vendredi… On a donc eu l’idée d’appeler cette chronique TGIF et de la publier le vendredi, histoire de réveiller les noctambules du jeudi soir et de distraire tout le monde avant le week-end. Concernant Tim, je crois que c’est un peu le patron mais je suis pas sûr. Et puis il écrit beaucoup d’articles. Concernant Phil, il participe pas mal aux Instagirls et à la playlist du lundi et ponds des articles de temps en temps. Enfin c’est surtout l’inspecteur des travaux finis quoi ! En gros voici les rôles. Mais en fait c’est clairement de la théorie, en vrai c’est ultra freestyle.

En revanche, l’emmerdeuse est écrit uniquement par Laura, le mercredi, rencontrant un gros succès, et le petit nouveau Charles s’occupe de la chronique sportive le jeudi. En plus de ça, ses grosses compétences informatiques nous aident vraiment beaucoup… Perso je suis une bille !

Tim: A la base c’est Freestyle ! Phil et moi-même avons travaillé sur le concept qui devait, à la base, être un magazine interactif pour iPad. Mais trop gourmand en ressources et temps, nous nous sommes penchés sur le site internet, plus simple à développer. On ne savait pas trop où l’on allait mais les choses se sont mises en place avec le temps, elles se sont stabilisées avec les personnalités de chacun. On connaît nos rôles mais on a de grandes libertés. Laura (LoLotte) qui tient la baraque de l’Emmerdeuse est venue apporter un peu de douceur féminine dans notre groupe chargé en testostérone et Charles (Kiba) lui, c’est le sport et la face cachée du site : son architecture et son codage. Pour résumer, c’est Freestyle mais pas trop.

Phil: On n’a pas de rôles au sens propre, aucun organigramme n’a jamais été conçu, mais on est conscient de nos qualités, on sait ce qu’on peut demander à l’autre et on sait comment aider. Donc au final, on répartit tout ça un peu freestyle, même s’il est certain que Buzz a une qualité de community manager (en même temps c’est son métier !) indiscutable, et à l’inverse Tim et moi on sait comment gérer l’architecture du site (par exemple).

05. Entre vous c’est grosse entente tout le temps ou ça gueule un peu ?

Buzz: Je gueule souvent, mais c’est dans ma nature ! Y’a grosse entente, Phil et Tim se connaissent depuis qu’ils jouaient avec leur caca et moi depuis l’internat en terminale. Mais après, comme on a envie de faire un truc sérieux et d’avoir de bons résultats, chacun est impliqué et tente de ramener sa science. Donc ça peut péter, mais jamais bien longtemps… D’ailleurs, ça vient souvent de l’Instagirl, faut dire qu’on aime pas les mêmes gonzesses ! D’un côté on risque pas de se les piquer c’est pas plus mal !

Tim: Ca gueule tout le temps, l’ambiance est insupportable !!! On n’a aucune liberté… Franchement c’est un calvaire de bosser tous ensemble. (rires) Trêve de plaisanterie, la seule chose de vraie c’est que ça gueule un peu mais toujours de manière constructive. Sinon on marche beaucoup au consensus. Je me demande parfois si la nature de Buzz n’est tout simplement pas de faire chier son monde…

Buzz: Je ne gueule pas, je constate !!!

Phil: Si on devait comptabiliser les messages envoyés entre nous et les classer, je pense honnêtement qu’on serait sur un 99% cool cool, et 1% tendu. Forcément, il y a des discussions un peu engagées de temps en temps. Mais on reste de très bons potes, donc on fait les choses de sorte que l’on n’en arrive jamais à dire des choses qu’on regretterait. La trinité aide beaucoup aussi, car le 2/1 est facile à invoquer en cas de blocage ! 🙂

06. Vous parlez parfois de manière un peu imagée, un peu familière. Vous forcez le trait ou vous êtes comme ça en vrai ?

Buzz: Non moi je suis tout le temps vulgaire. J’ai un certain nombre d’idoles qui inspirent mes expressions et mon phrasé: Jean Gabin, Lino Ventura, Bernard Blier et évidemment Michel Audiard. Ca donne une prose plutôt imagée oui…

Tim: Une vulgarité, un ton un peu familier, mais bien élevé ! C’est le concept… On parle franchement, on se lâche un peu et on essaie des tournures de phrases qui piquent un peu. C’est divertissant et rafraîchissant. La question que je me pose c’est : « Est-ce que les lecteurs ressentent cette tonalité ? »

Phil: Je pense sincèrement que chacun d’entre nous (et ça s’applique à TOUS les Effrontés) parle avec une langue déliée et naturelle. C’est ce qui fait notre essence et c’est l’un des points principaux dont on discute lorsque l’on parle recrutement d’un petit nouveau. Quelqu’un qui se forcerait à être patoche, beauf ou geek dans ses mots ne rendrait pas bien, alors on évite les fakes. On veut faire les choses au ressenti et rester honnêtes dans nos propos.

07. On parle beaucoup des « instagirls », pensez-vous mettre en place une rubrique « instaboys » dans un futur proche pour répondre à une demande féminine de plus en plus forte ?

Buzz: Moi je suis contre, pas envie de voir des michetons huilés en calecif sur mon site !!

Tim: Personnellement je suis de l’avis de mon acolyte du TGIF… Et puis si on doit mettre des Instaboys dans un futur proche, on le fera sur un site internet qu’on appellera « Effrontée » et non « Effronté » et il sera géré par des filles car je suis incapable de travailler sur ce dossier.

Phil: Ah les Instagirls… s’il y a bien une choses qui fait parler c’est les Instagirls. D’ailleurs rendons hommage à Tim qui a eu l’idée de cette chronique. Retour à la question. L’Effronté est le projet de trois mecs hétéros qui écrivent pour un public masculin à majorité hétéro aussi donc d’instinct les Instaboys n’ont pas vraiment grâce à nos yeux. Mais l’Emmerdeuse y croît et nous glisse l’idée habilement de temps à autre ! Qui sait, le girl power aura peut être gain de cause un jour !

08. Vous n’avez jamais eu de soucis avec les Insta’girls ?

Buzz: Du souci pour se concentrer au boulot le mardi, jour de parution des instagirls, si, énormément…

Tim: Mais si couillon, nous avons reçu un eMail d’un italien nous demandant de retirer une instagirl (on vous laisse deviner laquelle, le premier qui trouve gagne une surprise) sous prétexte qu’il s’agissait de sa copine. Sauf que l’heureuse intéressée ne nous a jamais donné signe de vie… Donc, au final, elle est toujours sur le site la pépite !

Phil: Les Instagirls sont l’incarnation parfaite de ce qu’on appelle aujourd’hui les « attention whores », elles VEULENT être vues et suivies par le plus grand nombre, sans parler du fait que leur photos ne leur appartiennent même pas, elles appartiennent à Instagram. Donc on n’a pas bougé une oreille, et on attend encore des nouvelles du rital jaloux.

09. On sait que les mots-clés sont la source du trafic sur Google, quels sont les mots clés les plus barrés que vous ayez retrouvé sur votre Analytics ?

Buzz: Ah si je me souviens qu’un mec avait tapé un truc immonde sur Google une fois… C’était quoi déjà ?

Tim: C’était « Elle se gode avec une arme à feu » !!!! Sinon  il y a aussi « Tinder plan à 3 » ou encore « جوردن بيلفورت » ou « алена расторгуева ». On peut vous envoyer la liste si vous voulez ? Il y a en a 15000 donc on attendra un peu pour le top 100.

Phil: Alors là on a beau avoir un expert Analytics dans l’équipe, on ignore parfois comment Google fait le lien entre certaines requêtes et nos pages ! Toujours est-il qu’on a eu droit à des gentils « cul nul », « seins en balade », ou un cash « voir une chatte », jusqu’à des trucs bien déviants genre « sex en feu »,  « palpage des testicules » ou « elle se balade avec un gode dans le cul » ! Tout ça a amené un utilisateur vers une page de l’Effronté, c’est fou les Internets !

10. On termine en parlant gros sous… Entre nous vous vous faîtes du blé ?

Buzz: Que dalle nom de dieu !! Pour l’instant l’objectif était surtout au développement qualitatif du site. Avant de penser pognon, on a voulu créer un beau site, intéressant et surtout qui génère du trafic grâce à des rubriques différentes mais cohérentes. Cet objectif semble être atteint, du moins en parti. Maintenant, nous allons écouter plus sérieusement les sirènes qui nous appellent…

Tim: C’est quoi les gros sous ? On connaît pas. Ce que l’on veut c’est créer, developper et fidéliser une audience. Le reste viendra ou ne viendra pas, nous verrons en temps voulu. Pour l’instant on prend du plaisir et on avance.

Phil: Zéro, nada, makash, walou, pas un kopek. En tout cas à ce jour ! Un site comme l’Effronté demande un (petit) peu de ressources financières en terme de mise en place et d’hébergement, mais ca va pas chercher loin. On n’a donc pas « besoin » de faire du blé. Après une audience qui grandit est une audience qui intéresse, donc on n’est pas à l’abris de revoir notre position. Mais on le fera de manière propre et honnête, loin de nous l’idée de vous foutre des interstitiels « TU VEUX VOIR MA CHATTE ? » !

 

La beauté d’une interview réside dans le fait de pouvoir s’engouffrer dans l’intimité de la personne sans pour autant en dévoiler ses secrets… Passons donc, maintenant, à des questions un chouïa plus personnelles. Nous devons préciser qu’elles se terminent toutes par et pourquoi ? La justification donne parfois du sens à la réponse. Au passage, pas besoin de te justifier sur la question numéro #10, ça ne s’explique pas…

 

01. Dans quelle ville rêverais-tu d’habituer ?

Tim: Liège ! Une merveille pour les aveugles.

Buzz: New York. Une ville qui me porte !!! C’est bateau mais je trouve que cette ville donne envie de réussir et d’avancer… Sinon j’adore Bruxelles aussi, une sorte de grosse capitale qui rappelle la France sans être à Paris.

Phil: New-York. J’ai eu la chance d’y voyager plusieurs fois, et même d’y vivre quelques mois à l’occasion d’un stage. Je n’avais “que” 19 ans, et je travaillais dans une société d’édition de jeux vidéos, installée… sur la 5ème avenue. Cette expérience a changé ma vie professionnelle et dessiné mon parcours. Dès lors je savais que je voulais commencer ma carrière dans une boîte américaine et technologique.

02. Quelle est la personne, vivante ou disparu, que tu admires ou admirais le plus ?

Tim: Steve Jobs ou Michael Jordan.

Buzz: J’adore Winston Churchill. J’aime cet ancien cancre devenu l’homme le plus important de l’histoire récente européenne. Il avait le sens du devoir, du travail, l’amour de son pays et un subtil mélange de traditionalisme et de modernisme culturel. C’est vraiment un modèle pour moi. Sinon y’a mon idole Michel Audiard, pour sa façon de vivre, sa liberté de ton et aussi parce qu’il était aussi à l’aise dans un bistro dégueulasse du Paris des années 70 que dans une émission littéraire très pointue. Il se définissait comme un anarchiste de droite. C’est là aussi un mélange qui me plait bien… Etrangement j’admire aussi à part égale François Mitterrand et Jacques Chirac, pour leur immense culture, leur ambition et leur vision de cette France qui innovait.

Phil: Même si j’ai une grande admiration pour les mecs qui ont monté des belles boîtes (les fondateurs de Google, Jobs, Zuckerberg), ceux qui ont changé les choses (MLK, Gandhi, etc.) ou ceux qui ont sauvé des millions de vies (genre Pasteur et consorts), je reste comme un gosse bouché bée devant Elon Musk. Ce que ce mec a réussi à faire en l’espace de quelques années est tout simplement extraordinaire, et ce n’est que le début.

03. Quelle est ta plus grande peur ?

Tim: Perdre ceux qui me sont proches.

Buzz: La purée de betteraves. Sans déconner, qui a eu l’idée de cette merde ?

Phil: Perdre la parole. Je sais que je manquerais beaucoup trop à mes potes !

04. Enfant, tu rêvais d’être ?

Tim: Basketteur.

Buzz: A 5 ans je voulais être astronaute, à 10 ans pompier, a 12 ans footballeur, a 15 ans golfeur, à 18 ans homme politique. Je peux encore devenir homme politique remarquez.

Phil: Cosmonaute. Raté. Donc je me rabats sur une ambition débordante qui me permettra peut-être un jour de me payer un ticket pour l’espace. Inch’allah. 🙂

05. Si tu avais le pouvoir de changer une seule chose, quelle serait-elle ?

Tim: La famine car aujourd’hui on a plus le droit d’avoir faim ou d’avoir soif.

Phil: Appelez-le Tim Colucci! 🙂

Buzz: Trouver un vaccin contre le SIDA et soigner le cancer. Je suis pas adepte de la théorie du complot, mais je suis persuadé que le SIDA arrange beaucoup de choses question géopolitique… J’espère me tromper. (Marion Cotillard, sors de mon corps !!)

Phil: L’impossibilité du renouvellement des mandats politiques. Exemple : “t’as fait ton mandat de député, bah j’espère que tu en as profité parce qu’il n’est pas renouvelable”. Je suis sûrement naïf mais je pense que si la fonction politique remplissait son rôle, plein de choses iraient mieux sur les plans social, économique et santé.

06. Si Dieu existe, qu’aimerais-tu, après ta mort, l’entendre te dire ?

Tim: Dégage d’ici toi. Descend en enfer…

Buzz: Severiano Ballesteros est au départ du 1, ton sac de golf est dans la voiturette, bonne partie !

Phil: T’as juste le temps d’aller boire un Mojito avec Neil Armstrong, après y’a le concert privé de 2Pac qui commence !

07. Quelle est ton idée du bonheur?

Tim: Un mas en Provence, isolé et loin de tout ! Avec des bouteilles de rouges, de Rhum et de Whisky pour accueillir mes amis.

Buzz: Tout comme camarade Tim. Les copains, du saucisson, du rouge, ni trop chaud ni trop froid, un paquet de tiges et un peu de pognon pour pas être emmerdé.

Phil: Ça peut prendre la forme d’un bon dîner en famille, ou entre potes. L’essentiel étant d’être bien entouré, et d’avoir du bon dans la gamelle et le godet.

08. Quel est ton motto/ta devise dans la vie ?

Tim: Stay Hungry. Stay Foolish.

Buzz: T’occupe pas de la marque du vélo, pédale !

Phil:  Ambition, travail et passion. Façon façade de mairie quoi 🙂 En gros je me dis que le jour où je ne progresserai plus cotés pro/perso, ça sera la fin des haricots !

09. Quel est ton passe-temps préféré ?

Tim: Travailler sur l’effronté et prendre l’apéro.

Buzz: Une bonne partie de golf l’après-midi et un dîner entre potes le soir.

Phil: Le ski ! Et une bonne bouffe en altitude avec un petit Génép’ en digestif pour faire descendre les crozets.

10. L’Effronté t’offre l’apéro, qu’est ce que je te sers ?

Tim: Je ne suis pas difficile, disons un Ricard sinon rien.

Buzz: Une Heineken pour la soif, un whisky pour commencer la soirée.

Phil: Si l’Effronté sait bien servir un canon (ce qui est bien entendu le cas dans cet ITW) : un Whisky Old Fashioned.

 

Passons maintenant aux questions XX.3, les questions qui sortent des conventions… Ne cherchez pas à comprendre pourquoi nous posons spécifiquement ces questions puisqu’elles nous passent simplement par la tête au moment ou nous écrivons ces lignes.

 

01. Qui aimeriez-vous voir intégrer la rédaction de l’effronté ?

Buzz: Louis Nicollin. J’aime cet homme franc, intègre, intelligent, bosseur et qui peut pisser face au vent sans crainte. J’aime ces hommes qui ont bâti leur existence sur des bases ultra solides pour ne jamais avoir la peur d’être emmerdé ! En plus, franchement, il nous ferait bien marrer le gros Loulou.

Tim: Pascal Praud pour qu’il rédige une chronique Réac’ sur le site. Il est sur RTL tous les matins et ses coups de gueule sont parfois très bons. Sinon on prendra Nabilla pour une rubrique « Je ne sers à rien dans la vie mais je crée du trafic sur le net ». Sa connerie nous amènera de la notoriété… triste monde !

Phil: Mon coté geek et passionné d’espace et d’entrepreneuriat me laisse rêver à avoir Elon Musk qui nous ferait une rubrique sur « la techno du mois qui changera votre vie dans 10 ans ». Le genre de mecs qui savent parler simple, mais avec un impact de maboule. Sinon j’aimerais bien voir un mec comme Ludovic du Studio Bagel, faire l’ITW 10.3 mais en vidéo, décalée. J’adore ce mec !

02. Quel est l’article de loi qui vous fait le plus chier et que vous pouvez abolir ?

Buzz: Si je dis l’interdiction des maisons closes j’ai bon ? Blague à part, quand on voit les petites de l’est dans des coins sinistres en pleine nuit, risquant de se faire flinguer par un passant, un connard ou leur proxénète… au moins à l’époque les dames étaient protégées, payaient des impôts et faisaient leur boulot dans des conditions décentes. Attention hein, je ne dis pas que la prostitution est un boulot d’avenir. Je dis juste que comme ça existe, autant faire au mieux…

Tim: La limitation de vitesse sur l’autoroute ! Putain à 130 ou 110 on se traine comme Loana avec une remorque au cul ! Sérieusement faut revoir cette loi.

Phil: La prohibition de la drogue. Pas que je sois consommateur – même si j’avoue avoir essayé parfois – mais je dois avoir un coté 68-ard qui me fait penser qu’on devrait interdire d’interdire. Alors bien sûr, je maintiendrais l’interdiction aux mineurs et au volant, mais qu’un mec de 40 ans veuille faire pousser du cannabis dans son jardin ou prendre du LSD pour se foutre en l’air, c’est son problème et il fait chier personne.

Buzz: Bah dis donc Phil, je te croyais pas aussi ouvert d’esprit sur le sujet, toi l’homme rigoureux !!!

03. Bilan des courses les gars: ça vous aide pour les gonzesses ?

Buzz: Personnellement je baise à piaule fermée. On va devoir recruter des stagiaires juste pour cette mission ! Humour… Personne ne nous connait, on n’a rien fait, on gagne pas un flèche et en plus on ne montre pas nos tronches. On se prend pas pour les Daft Punks, c’est juste qu’on n’a pas la prétention de vouloir devenir célèbre.

Tim: C’est pas l’objectif ! Enfin pas pour moi mais pour un autre c’est possible !

Phil: R.A.S. jusqu’ici ! Je mets ça sur le fait que l’Effronté n’est pas traduit en anglais et qu’on conséquence les nanas qui m’entourent ne l’ont jamais lu ! On se rassure comme on peut ! Mais je crois que ça a déjà fait son effet du coté du bled… A creuser !

10,364 total views, 1 views today

Related Posts