emmerdeuse

L’emmerdeuse | So In’stagram!

by • Apr 01, 2015 • L'EmmerdeuseComments (0)1750

Hé salut !

Libéréééééée, Délivrééééééée… Me voilà sortie du circuit scolaire et pour de bon ! Si demain l’emmerdeuse enfile le costard-cravate pour conquérir le monde professionnel, elle a quand même les pétoches ! Bah ouais, c’est fini les conneries, les photos de « teenage » alcoolisés sur Facebook  et les bons gros selfies sexy sur Instagram…

En parlant d’Instagram, l’emmerdeuse s’est dit qu’il était important de balancer deux trois punchlines à ces nouveaux adeptes de la photographie filtrée. Si on me fait souvent remarquer que ma chronique révèle une arrogance sans pareille, c’est avec plaisir que je me permets cette semaine de recadrer (c’est le cas de le dire) les intoxiqués du « hashtag ».

Aujourd’hui les réseaux sociaux font partie de notre vie et même de notre culture, en revanche, ils peuvent très vite devenir un lieu de déviance et même de perversion. Si les garçons se prennent petit à petit pour des photographes en herbe et qu’ils s’adonnent à photographier quinze fois les mêmes paysages avec mauvais goût, ce sera spécialement à ces demoiselles que je m’adresserai.

Si certains comptes sont sans doute élaborés avec goût et dégagent un côté très artistique, la plupart des minettes en chaleur préfèrent se faire un book en mode « grosse chaudière qui attend de recevoir copieusement ». Si je suis d’accord pour dire que la vie est injuste, les seules gonzesses en mesure de poser lascivement dénudées restent à tout jamais les Insta’girls.

Le printemps pointant le bout de son nez, il est essentiel de montrer son bout de gras et de minauder, la bouche en cul de poule pour atteindre le maximum de likes. Parce que t’es trop In’stagram!

Ah bah là on est bien d’accord qu’on connait par cœur le nom des filtres, et mieux que la date d’anniversaire de sa mère. Je salue vivement les gonzesses qui passent la matinée à calculer l’angle de vue devant leur glace afin de paraître la plus photogénique possible. Finalement j’en viens presque à penser qu’il faut avoir fait math sup’, même moi j’arrive pas à cadrer une putain de photo !

Si 90% de leur compte contient des photos d’elles, à poil ou pas, ces  minettes ne s’arrêtent pas en si bon chemin, pensez-vous ! Tout est bon à photographier, votre bouffe, votre clep’s, votre sac à main, votre culotte, bref on verra bientôt, ce que vous pissez ! Le plus hilarant reste les « hashtags » en dessous de la photo, un vrai roman : #tropbonnejournéesouscesoleiljesuistropbelleavecmasuperveste. OK.

Bah écoute je prends déjà 15 minutes à lire et à déchiffrer, mais en plus de ça, c’est un langage codé pire que le braille, c’est le flou total. Je n’ai jamais compris l’intérêt de dire « POTD » au lieu de simplement signaler que c’est la « Picture Of The Day ». J’ai d’ailleurs remarqué que certaines personnes sont devenues bilingues grâce à cette application, comme quoi, faire des trucs cons ça sert parfois !

En fait, après avoir étudié le comportement de ces nanas clichées, avec un objectif de likes « compulsifs », j’en suis arrivée à la conclusion qu’elles étaient en mal d’amour et d’attention. Elles cherchent donc un amour fictif au travers de compliments innombrables de la part de personnes qu’elles ne verront vraisemblablement jamais de leur vie. Duuuuuuuur !

Balancer publiquement une photo de vous presque à poil, c’est comme lancer une knacki dans un chenil…. Alors les filles, un conseil, évitez de vous prendre pour une saucisse ! Parce que je vais vous dire un truc, c’est sur vos photos chaudes à souhait, que les mecs s’endorment le calebard en toile de tente et pensent à vous tendrement….

#lemmerdeuseestuneconnasseetellevousembrasse

3,560 total views, 2 views today

Related Posts